NORVEGE, un goût d'éternel 2019

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 35739
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: NORVEGE, un goût d'éternel 2019

Message par Est-Motorcycles » 08 nov. 2019, 10:00

Depuis février 1943, Adolf Hitler avait donné son accord pour l'engagement de citoyens français dans la SS. À partir de mars 1943, de plus en plus de Français s'étant engagés dans la NSKK en Belgique « désertent » pour rejoindre le principal camp de formation pour les volontaires occidentaux dans la Waffen-SS qui se trouvait à Sennheim (nom allemand de la ville alsacienne de Cernay située à l'ouest de Mulhouse, justement tout près de Ballersdorf) et contracter un engagement.
Pour mon Père, alsacien qui avait rejoint la Résistance en 43, c'était une question de principe que d'aller mener les troupes à l'assaut de Ballersdorf contre la SS.
A cette date, la SS présente était majoritairement constituée de ceux de la Divisions Charlemagne, elle-même nominativement officialisée ainsi à l'automne 44 : on imagine une seconde la violence des combats pleins de ressentiments côté Résistance française et côté de ceux qui avaient rejoints la Waffen et qui devaient "faire leurs preuves".
Papa a passé 3 jours dans le creux du ventre d'un cheval crevé pour surprendre avec ses camarades la SS à la sortie de Ballersdorf. Dans ces combats il a perdu plus de 70% de ses résistants.
Là il n'y avait pas à tergiverser sur les couleurs des drapeaux, sur la psycho de la guerre, sur la non violence et tous ces tubes qui sur l'heure étaient complètement étrangers à la situation : en face des Résistants se trouvaient des hommes qui n'avaient rien à perdre et dont l'esprit de leurs actes prenaient leur source dans celle de la Division Das Reich qui avait, entre autres, fait Oradour-sur-Glane et Tulle...et dont nombre d'entre eux étaient eux aussi, des alscaciens-mosellans incorporés de force.
http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
Le bonheur est un combat de tous les jours, dont le principal adversaire est notre propre peur de l'inconnu. Je crois qu'il est donc dans notre nature d'explorer pour atteindre l'inconnu...

Avatar de l’utilisateur
West-Side
Membre
Messages : 145
Inscription : 28 févr. 2018, 17:18

Re: NORVEGE, un goût d'éternel 2019

Message par West-Side » 08 nov. 2019, 17:46

Il y a vraiment de quoi rendre hommage à ces braves. Belle photo de ton Papa.
My name is Bond.... Vaga Bond .

Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 35739
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: NORVEGE, un goût d'éternel 2019

Message par Est-Motorcycles » 08 nov. 2019, 21:34

West-Side a écrit :
08 nov. 2019, 17:46
Il y a vraiment de quoi rendre hommage à ces braves. Belle photo de ton Papa.
Merci West-Side, et aussi pour ta magnifique photo du 8 novembre : viewtopic.php?f=2&t=2652&start=1545
...qui illustre très bien l'esprit du voyage et sa méthode, à notre petit niveau.

Albert Camus résume admirablement la notion de liberté de l'aventure par ces quelques mots :

"Vivre en homme libre, c’est refuser d’exercer et de subir la terreur."

...que l'on pourrait placer sous le tableau de la photo de Pierre (West Side)
J'aime aussi beaucoup me ranger aux côtés d'Alexandre Jollien dans quelques-unes de ses constatations :

https://youtu.be/0E0WQ-nTwGo
https://youtu.be/N39WMN9RCjA
https://youtu.be/zh_Rm4zW_U8

...et bien souvent ces ambiances intérieures sont celles qui m'accompagnent lors de mes derniers kilomètres.
Je m'arrêtais donc à Paray-le-Monial simplement parce que j'en avais assez de la route : et pourtant ce bled n'est qu'à 80 kils de chez moi...et il n'avait rien d'autre de spécial qu'être le bled dans lequel je ferai ce dernier arrêt.

Image

Un simple steak, une bouteille de pinard et au lit, sans rien de plus, sans téléphone, sans rien d'autre qu'une pensée profonde pour ce "tas de ferraille" qu'est quelque part Babouchka que j'admire. Et c'est toujours dégagé de tout que tout peut arriver...
Il eut été "logique" de couvrir les derniers 80 kils et nombre rouleurs trouvent cela ridicule, que de s'arrêter là si près de la maison.
Mais de quelle maison ?
Les miens sont en moi et moi en eux, le lieu n'a pas vraiment d'autre importance que celle de renouer avec des racines : le problème est que ce n'est pas une direction dans laquelle je souhaite m'engager sur les retours, puisque j'ai fait exactement le contraire sur la route.
Confiance, totale confiance...ma maison n'est pas le terminal de mon voyage. Elle ne l'est plus, de moins en moins car sinon, cela voudrait dire que tous les tableaux qui ont été admirés par ma conscience, sur la route, ne sont pas aussi forts...
C'est cet état d'esprit qui habite les derniers kilomètres.
J'ai confiance dans les aimés que je retrouverai, je sais qu'ils sont là car ils ont été là durant toute la route.
Je sais l'amour de mes aimés, celui de mon loup, je sentais leur présence sauvage à chaque mètre, à conditions ne pas les désigner comme but de mon retour.

Image

"Tu pars où pour ton prochain voyage ?"
"Tu pars quand ?"
"Quand rentres-tu ?
"

...ce sont mes dernières préoccupations et m'obliger à répondre à ces trois questions m'enferme, alors que je hurle sur tous les tons, sur toutes les gammes, que je ne veux sentir que les parfums de la liberté.
Confiance...dans la vie, dans ma relation avec mes aimés...qui me le montrent tellement clairement !

Image

J'ai donc pu constater que je m'étais en 2014 complètement trompé sur la Norvège. Peut-être pas vraiment complètement, puisque ses tableaux ont imprimé dans ma mémoire les feuilles de route pour y retourner avec de nouveaux yeux...mais enfin, ce retour sans répétition a été pour moi une béatitude.
J'entends pour les prochaines feuilles de route les seules mélodies qui m'ont discrètement manquées.
Peu de choses m'ont manquées en vérité mais, au fond de mon coeur de douces notes musicales nostalgiques se faisaient entendre en balbutiement, toutes douces comme des caresses d'une amante dont la passion est assouvie.
Ces complaintes lumineuses me donnent une direction qui est quasi fatale et de laquelle je ne peux me soustraire...

https://youtu.be/QJjSEGOOOcc

Cette âme m'appelle d'une manière irrésistible, très palpable.
Je suis ensorcelé par la Grande Russie.

FIN

............................................................................................................................................................................
http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
Le bonheur est un combat de tous les jours, dont le principal adversaire est notre propre peur de l'inconnu. Je crois qu'il est donc dans notre nature d'explorer pour atteindre l'inconnu...

Avatar de l’utilisateur
Sim&Dom
Modo
Messages : 631
Inscription : 05 déc. 2008, 16:35
Localisation : Puy de DOME

Re: NORVEGE, un goût d'éternel 2019

Message par Sim&Dom » 09 nov. 2019, 10:52

Est-Motorcycles a écrit :
08 nov. 2019, 21:34
West-Side a écrit :
08 nov. 2019, 17:46
Il y a vraiment de quoi rendre hommage à ces braves. Belle photo de ton Papa.
Merci West-Side, et aussi pour ta magnifique photo du 8 novembre : viewtopic.php?f=2&t=2652&start=1545
...qui illustre très bien l'esprit du voyage et sa méthode, à notre petit niveau.

Albert Camus résume admirablement la notion de liberté de l'aventure par ces quelques mots :

"Vivre en homme libre, c’est refuser d’exercer et de subir la terreur."

...que l'on pourrait placer sous le tableau de la photo de Pierre (West Side)
J'aime aussi beaucoup me ranger aux côtés d'Alexandre Jollien dans quelques-unes de ses constatations :

https://youtu.be/0E0WQ-nTwGo
https://youtu.be/N39WMN9RCjA
https://youtu.be/zh_Rm4zW_U8

...et bien souvent ces ambiances intérieures sont celles qui m'accompagnent lors de mes derniers kilomètres.
Je m'arrêtais donc à Paray-le-Monial simplement parce que j'en avais assez de la route : et pourtant ce bled n'est qu'à 80 kils de chez moi...et il n'avait rien d'autre de spécial qu'être le bled dans lequel je ferai ce dernier arrêt.

Image

Un simple steak, une bouteille de pinard et au lit, sans rien de plus, sans téléphone, sans rien d'autre qu'une pensée profonde pour ce "tas de ferraille" qu'est quelque part Babouchka que j'admire. Et c'est toujours dégagé de tout que tout peut arriver...
Il eut été "logique" de couvrir les derniers 80 kils et nombre rouleurs trouvent cela ridicule, que de s'arrêter là si près de la maison.
Mais de quelle maison ?
Les miens sont en moi et moi en eux, le lieu n'a pas vraiment d'autre importance que celle de renouer avec des racines : le problème est que ce n'est pas une direction dans laquelle je souhaite m'engager sur les retours, puisque j'ai fait exactement le contraire sur la route.
Confiance, totale confiance...ma maison n'est pas le terminal de mon voyage. Elle ne l'est plus, de moins en moins car sinon, cela voudrait dire que tous les tableaux qui ont été admirés par ma conscience, sur la route, ne sont pas aussi forts...
C'est cet état d'esprit qui habite les derniers kilomètres.
J'ai confiance dans les aimés que je retrouverai, je sais qu'ils sont là car ils ont été là durant toute la route.
Je sais l'amour de mes aimés, celui de mon loup, je sentais leur présence sauvage à chaque mètre, à conditions ne pas les désigner comme but de mon retour.

Image

"Tu pars où pour ton prochain voyage ?"
"Tu pars quand ?"
"Quand rentres-tu ?
"

...ce sont mes dernières préoccupations et m'obliger à répondre à ces trois questions m'enferme, alors que je hurle sur tous les tons, sur toutes les gammes, que je ne veux sentir que les parfums de la liberté.
Confiance...dans la vie, dans ma relation avec mes aimés...qui me le montrent tellement clairement !

Image

J'ai donc pu constater que je m'étais en 2014 complètement trompé sur la Norvège. Peut-être pas vraiment complètement, puisque ses tableaux ont imprimé dans ma mémoire les feuilles de route pour y retourner avec de nouveaux yeux...mais enfin, ce retour sans répétition a été pour moi une béatitude.
J'entends pour les prochaines feuilles de route les seules mélodies qui m'ont discrètement manquées.
Peu de choses m'ont manquées en vérité mais, au fond de mon coeur de douces notes musicales nostalgiques se faisaient entendre en balbutiement, toutes douces comme des caresses d'une amante dont la passion est assouvie.
Ces complaintes lumineuses me donnent une direction qui est quasi fatale et de laquelle je ne peux me soustraire...

https://youtu.be/QJjSEGOOOcc

Cette âme m'appelle d'une manière irrésistible, très palpable.
Je suis ensorcelé par la Grande Russie.

FIN

............................................................................................................................................................................
Belle leçon de vie, MERCI :D :D

Avatar de l’utilisateur
Sim&Dom
Modo
Messages : 631
Inscription : 05 déc. 2008, 16:35
Localisation : Puy de DOME

Re: NORVEGE, un goût d'éternel 2019

Message par Sim&Dom » 09 nov. 2019, 12:39

Est-Motorcycles a écrit :
08 nov. 2019, 21:34
West-Side a écrit :
08 nov. 2019, 17:46
Il y a vraiment de quoi rendre hommage à ces braves. Belle photo de ton Papa.
Merci West-Side, et aussi pour ta magnifique photo du 8 novembre : viewtopic.php?f=2&t=2652&start=1545
...qui illustre très bien l'esprit du voyage et sa méthode, à notre petit niveau.

Albert Camus résume admirablement la notion de liberté de l'aventure par ces quelques mots :

"Vivre en homme libre, c’est refuser d’exercer et de subir la terreur."

...que l'on pourrait placer sous le tableau de la photo de Pierre (West Side)
J'aime aussi beaucoup me ranger aux côtés d'Alexandre Jollien dans quelques-unes de ses constatations :

https://youtu.be/0E0WQ-nTwGo
https://youtu.be/N39WMN9RCjA
https://youtu.be/zh_Rm4zW_U8

...et bien souvent ces ambiances intérieures sont celles qui m'accompagnent lors de mes derniers kilomètres.
Je m'arrêtais donc à Paray-le-Monial simplement parce que j'en avais assez de la route : et pourtant ce bled n'est qu'à 80 kils de chez moi...et il n'avait rien d'autre de spécial qu'être le bled dans lequel je ferai ce dernier arrêt.

Image

Un simple steak, une bouteille de pinard et au lit, sans rien de plus, sans téléphone, sans rien d'autre qu'une pensée profonde pour ce "tas de ferraille" qu'est quelque part Babouchka que j'admire. Et c'est toujours dégagé de tout que tout peut arriver...
Il eut été "logique" de couvrir les derniers 80 kils et nombre rouleurs trouvent cela ridicule, que de s'arrêter là si près de la maison.
Mais de quelle maison ?
Les miens sont en moi et moi en eux, le lieu n'a pas vraiment d'autre importance que celle de renouer avec des racines : le problème est que ce n'est pas une direction dans laquelle je souhaite m'engager sur les retours, puisque j'ai fait exactement le contraire sur la route.
Confiance, totale confiance...ma maison n'est pas le terminal de mon voyage. Elle ne l'est plus, de moins en moins car sinon, cela voudrait dire que tous les tableaux qui ont été admirés par ma conscience, sur la route, ne sont pas aussi forts...
C'est cet état d'esprit qui habite les derniers kilomètres.
J'ai confiance dans les aimés que je retrouverai, je sais qu'ils sont là car ils ont été là durant toute la route.
Je sais l'amour de mes aimés, celui de mon loup, je sentais leur présence sauvage à chaque mètre, à conditions ne pas les désigner comme but de mon retour.

Image

"Tu pars où pour ton prochain voyage ?"
"Tu pars quand ?"
"Quand rentres-tu ?
"

...ce sont mes dernières préoccupations et m'obliger à répondre à ces trois questions m'enferme, alors que je hurle sur tous les tons, sur toutes les gammes, que je ne veux sentir que les parfums de la liberté.
Confiance...dans la vie, dans ma relation avec mes aimés...qui me le montrent tellement clairement !

Image

J'ai donc pu constater que je m'étais en 2014 complètement trompé sur la Norvège. Peut-être pas vraiment complètement, puisque ses tableaux ont imprimé dans ma mémoire les feuilles de route pour y retourner avec de nouveaux yeux...mais enfin, ce retour sans répétition a été pour moi une béatitude.
J'entends pour les prochaines feuilles de route les seules mélodies qui m'ont discrètement manquées.
Peu de choses m'ont manquées en vérité mais, au fond de mon coeur de douces notes musicales nostalgiques se faisaient entendre en balbutiement, toutes douces comme des caresses d'une amante dont la passion est assouvie.
Ces complaintes lumineuses me donnent une direction qui est quasi fatale et de laquelle je ne peux me soustraire...

https://youtu.be/QJjSEGOOOcc

Cette âme m'appelle d'une manière irrésistible, très palpable.
Je suis ensorcelé par la Grande Russie.

FIN

............................................................................................................................................................................
Tout est bouleversant dans ce récit : joies, douleurs, beautés profondes des paysages et des ressentis exprimés sans filtres.
Merci pour tout Dom.

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Site Admin
Messages : 2718
Inscription : 13 mai 2010, 04:01
Localisation : Corrèze
Contact :

Re: NORVEGE, un goût d'éternel 2019

Message par Cathy » 10 nov. 2019, 09:53

Sim&Dom a écrit :
09 nov. 2019, 12:39
Est-Motorcycles a écrit :
08 nov. 2019, 21:34
West-Side a écrit :
08 nov. 2019, 17:46
Il y a vraiment de quoi rendre hommage à ces braves. Belle photo de ton Papa.
Merci West-Side, et aussi pour ta magnifique photo du 8 novembre : viewtopic.php?f=2&t=2652&start=1545
...qui illustre très bien l'esprit du voyage et sa méthode, à notre petit niveau.

Albert Camus résume admirablement la notion de liberté de l'aventure par ces quelques mots :

"Vivre en homme libre, c’est refuser d’exercer et de subir la terreur."

...que l'on pourrait placer sous le tableau de la photo de Pierre (West Side)
J'aime aussi beaucoup me ranger aux côtés d'Alexandre Jollien dans quelques-unes de ses constatations :

https://youtu.be/0E0WQ-nTwGo
https://youtu.be/N39WMN9RCjA
https://youtu.be/zh_Rm4zW_U8

...et bien souvent ces ambiances intérieures sont celles qui m'accompagnent lors de mes derniers kilomètres.
Je m'arrêtais donc à Paray-le-Monial simplement parce que j'en avais assez de la route : et pourtant ce bled n'est qu'à 80 kils de chez moi...et il n'avait rien d'autre de spécial qu'être le bled dans lequel je ferai ce dernier arrêt.

Image

Un simple steak, une bouteille de pinard et au lit, sans rien de plus, sans téléphone, sans rien d'autre qu'une pensée profonde pour ce "tas de ferraille" qu'est quelque part Babouchka que j'admire. Et c'est toujours dégagé de tout que tout peut arriver...
Il eut été "logique" de couvrir les derniers 80 kils et nombre rouleurs trouvent cela ridicule, que de s'arrêter là si près de la maison.
Mais de quelle maison ?
Les miens sont en moi et moi en eux, le lieu n'a pas vraiment d'autre importance que celle de renouer avec des racines : le problème est que ce n'est pas une direction dans laquelle je souhaite m'engager sur les retours, puisque j'ai fait exactement le contraire sur la route.
Confiance, totale confiance...ma maison n'est pas le terminal de mon voyage. Elle ne l'est plus, de moins en moins car sinon, cela voudrait dire que tous les tableaux qui ont été admirés par ma conscience, sur la route, ne sont pas aussi forts...
C'est cet état d'esprit qui habite les derniers kilomètres.
J'ai confiance dans les aimés que je retrouverai, je sais qu'ils sont là car ils ont été là durant toute la route.
Je sais l'amour de mes aimés, celui de mon loup, je sentais leur présence sauvage à chaque mètre, à conditions ne pas les désigner comme but de mon retour.

Image

"Tu pars où pour ton prochain voyage ?"
"Tu pars quand ?"
"Quand rentres-tu ?
"

...ce sont mes dernières préoccupations et m'obliger à répondre à ces trois questions m'enferme, alors que je hurle sur tous les tons, sur toutes les gammes, que je ne veux sentir que les parfums de la liberté.
Confiance...dans la vie, dans ma relation avec mes aimés...qui me le montrent tellement clairement !

Image

J'ai donc pu constater que je m'étais en 2014 complètement trompé sur la Norvège. Peut-être pas vraiment complètement, puisque ses tableaux ont imprimé dans ma mémoire les feuilles de route pour y retourner avec de nouveaux yeux...mais enfin, ce retour sans répétition a été pour moi une béatitude.
J'entends pour les prochaines feuilles de route les seules mélodies qui m'ont discrètement manquées.
Peu de choses m'ont manquées en vérité mais, au fond de mon coeur de douces notes musicales nostalgiques se faisaient entendre en balbutiement, toutes douces comme des caresses d'une amante dont la passion est assouvie.
Ces complaintes lumineuses me donnent une direction qui est quasi fatale et de laquelle je ne peux me soustraire...

https://youtu.be/QJjSEGOOOcc

Cette âme m'appelle d'une manière irrésistible, très palpable.
Je suis ensorcelé par la Grande Russie.

FIN

............................................................................................................................................................................
Tout est bouleversant dans ce récit : joies, douleurs, beautés profondes des paysages et des ressentis exprimés sans filtres.
Merci pour tout Dom.
Image

Avatar de l’utilisateur
Le Rouge
Membre
Messages : 300
Inscription : 15 mai 2017, 15:14
Localisation : Combrailles

Re: NORVEGE, un goût d'éternel 2019

Message par Le Rouge » 10 nov. 2019, 10:17

Cathy a écrit :
10 nov. 2019, 09:53
Sim&Dom a écrit :
09 nov. 2019, 12:39
Est-Motorcycles a écrit :
08 nov. 2019, 21:34

Merci West-Side, et aussi pour ta magnifique photo du 8 novembre : viewtopic.php?f=2&t=2652&start=1545
...qui illustre très bien l'esprit du voyage et sa méthode, à notre petit niveau.

Albert Camus résume admirablement la notion de liberté de l'aventure par ces quelques mots :

"Vivre en homme libre, c’est refuser d’exercer et de subir la terreur."

...que l'on pourrait placer sous le tableau de la photo de Pierre (West Side)
J'aime aussi beaucoup me ranger aux côtés d'Alexandre Jollien dans quelques-une de ses constatations :

https://youtu.be/0E0WQ-nTwGo
https://youtu.be/N39WMN9RCjA
https://youtu.be/zh_Rm4zW_U8

...et bien souvent ces ambiances intérieures sont celles qui m'accompagnent lors de mes derniers kilomètres.
Je m'arrêtais donc à Paray-le-Monial simplement parce que j'en avais assez de la route : et pourtant ce bled n'est qu'à 80 kils de chez moi...et il n'avait rien d'autre de spécial qu'être le bled dans lequel je ferai ce dernier arrêt.

Image

Un simple steak, une bouteille de pinard et au lit, sans rien de plus, sans téléphone, sans rien d'autre qu'une pensée profonde pour ce "tas de ferraille" qu'est quelque part Babouchka que j'admire. Et c'est toujours dégagé de tout que tout peut arriver...
Il eut été "logique" de couvrir les derniers 80 kils et nombre rouleurs trouvent cela ridicule, que de s'arrêter là si près de la maison.
Mais de quelle maison ?
Les miens sont en moi et moi en eux, le lieu n'a pas vraiment d'autre importance que celle de renouer avec des racines : le problème est que ce n'est pas une direction dans laquelle je souhaite m'engager sur les retours, puisque j'ai fait exactement le contraire sur la route.
Confiance, totale confiance...ma maison n'est pas le terminal de mon voyage. Elle ne l'est plus, de moins en moins car sinon, cela voudrait dire que tous les tableaux qui ont été admirés par ma conscience, sur la route, ne sont pas aussi forts...
C'est cet état d'esprit qui habite les derniers kilomètres.
J'ai confiance dans les aimés que je retrouverai, je sais qu'ils sont là car ils ont été là durant toute la route.
Je sais l'amour de mes aimés, celui de mon loup, je sentais leur présence sauvage à chaque mètre, à conditions ne pas les désigner comme but de mon retour.

Image

"Tu pars où pour ton prochain voyage ?"
"Tu pars quand ?"
"Quand rentres-tu ?
"

...ce sont mes dernières préoccupations et m'obliger à répondre à ces trois questions m'enferme, alors que je hurle sur tous les tons, sur toutes les gammes, que je ne veux sentir que les parfums de la liberté.
Confiance...dans la vie, dans ma relation avec mes aimés...qui me le montrent tellement clairement !

Image

J'ai donc pu constater que je m'étais en 2014 complètement trompé sur la Norvège. Peut-être pas vraiment complètement, puisque ses tableaux ont imprimé dans ma mémoire les feuilles de route pour y retourner avec de nouveaux yeux...mais enfin, ce retour sans répétition a été pour moi une béatitude.
J'entends pour les prochaines feuilles de route les seules mélodies qui m'ont discrètement manquées.
Peu de choses m'ont manquées en vérité mais, au fond de mon coeur de douces notes musicales nostalgiques se faisaient entendre en balbutiement, toutes douces comme des caresses d'une amante dont la passion est assouvie.
Ces complaintes lumineuses me donnent une direction qui est quasi fatale et de laquelle je ne peux me soustraire...

https://youtu.be/QJjSEGOOOcc

Cette âme m'appelle d'une manière irrésistible, très palpable.
Je suis ensorcelé par la Grande Russie.

FIN

............................................................................................................................................................................
Tout est bouleversant dans ce récit : joies, douleurs, beautés profondes des paysages et des ressentis exprimés sans filtres.
Merci pour tout Dom.
Image
Quel surprenant mot »FIN »!
Merci, une fois encore.
"AAAAAAAAAAHHHHHHHHH !!!... dis-je."
Zarathoustra.

Avatar de l’utilisateur
Marip
Modo
Messages : 1034
Inscription : 19 janv. 2011, 09:26

Re: NORVEGE, un goût d'éternel 2019

Message par Marip » 10 nov. 2019, 14:30

Est-Motorcycles a écrit :
08 nov. 2019, 21:34
West-Side a écrit :
08 nov. 2019, 17:46
Il y a vraiment de quoi rendre hommage à ces braves. Belle photo de ton Papa.
Merci West-Side, et aussi pour ta magnifique photo du 8 novembre : viewtopic.php?f=2&t=2652&start=1545
...qui illustre très bien l'esprit du voyage et sa méthode, à notre petit niveau.

Albert Camus résume admirablement la notion de liberté de l'aventure par ces quelques mots :

"Vivre en homme libre, c’est refuser d’exercer et de subir la terreur."

...que l'on pourrait placer sous le tableau de la photo de Pierre (West Side)
J'aime aussi beaucoup me ranger aux côtés d'Alexandre Jollien dans quelques-une de ses constatations :

https://youtu.be/0E0WQ-nTwGo
https://youtu.be/N39WMN9RCjA
https://youtu.be/zh_Rm4zW_U8

...et bien souvent ces ambiances intérieures sont celles qui m'accompagnent lors de mes derniers kilomètres.
Je m'arrêtais donc à Paray-le-Monial simplement parce que j'en avais assez de la route : et pourtant ce bled n'est qu'à 80 kils de chez moi...et il n'avait rien d'autre de spécial qu'être le bled dans lequel je ferai ce dernier arrêt.

Image

Un simple steak, une bouteille de pinard et au lit, sans rien de plus, sans téléphone, sans rien d'autre qu'une pensée profonde pour ce "tas de ferraille" qu'est quelque part Babouchka que j'admire. Et c'est toujours dégagé de tout que tout peut arriver...
Il eut été "logique" de couvrir les derniers 80 kils et nombre rouleurs trouvent cela ridicule, que de s'arrêter là si près de la maison.
Mais de quelle maison ?
Les miens sont en moi et moi en eux, le lieu n'a pas vraiment d'autre importance que celle de renouer avec des racines : le problème est que ce n'est pas une direction dans laquelle je souhaite m'engager sur les retours, puisque j'ai fait exactement le contraire sur la route.
Confiance, totale confiance...ma maison n'est pas le terminal de mon voyage. Elle ne l'est plus, de moins en moins car sinon, cela voudrait dire que tous les tableaux qui ont été admirés par ma conscience, sur la route, ne sont pas aussi forts...
C'est cet état d'esprit qui habite les derniers kilomètres.
J'ai confiance dans les aimés que je retrouverai, je sais qu'ils sont là car ils ont été là durant toute la route.
Je sais l'amour de mes aimés, celui de mon loup, je sentais leur présence sauvage à chaque mètre, à conditions ne pas les désigner comme but de mon retour.

Image

"Tu pars où pour ton prochain voyage ?"
"Tu pars quand ?"
"Quand rentres-tu ?
"

...ce sont mes dernières préoccupations et m'obliger à répondre à ces trois questions m'enferme, alors que je hurle sur tous les tons, sur toutes les gammes, que je ne veux sentir que les parfums de la liberté.
Confiance...dans la vie, dans ma relation avec mes aimés...qui me le montrent tellement clairement !

Image

J'ai donc pu constater que je m'étais en 2014 complètement trompé sur la Norvège. Peut-être pas vraiment complètement, puisque ses tableaux ont imprimé dans ma mémoire les feuilles de route pour y retourner avec de nouveaux yeux...mais enfin, ce retour sans répétition a été pour moi une béatitude.
J'entends pour les prochaines feuilles de route les seules mélodies qui m'ont discrètement manquées.
Peu de choses m'ont manquées en vérité mais, au fond de mon coeur de douces notes musicales nostalgiques se faisaient entendre en balbutiement, toutes douces comme des caresses d'une amante dont la passion est assouvie.
Ces complaintes lumineuses me donnent une direction qui est quasi fatale et de laquelle je ne peux me soustraire...

https://youtu.be/QJjSEGOOOcc

Cette âme m'appelle d'une manière irrésistible, très palpable.
Je suis ensorcelé par la Grande Russie.

FIN

............................................................................................................................................................................
Tout ce récit est un vrai trésor que je garde au fond du cœur. A lire et à relire. Merci
c'est pas parcequ'ils disent tous la même chose qu'ils ont raison

Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 35739
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: NORVEGE, un goût d'éternel 2019

Message par Est-Motorcycles » 10 nov. 2019, 17:58

Sim&Dom a écrit :
09 nov. 2019, 12:39
...
Tout est bouleversant dans ce récit : joies, douleurs, beautés profondes des paysages et des ressentis exprimés sans filtres.
Merci pour tout Dom.

............................................................................................................................................................................

J'ai essayé.
J'ai essayé de ne pas faire de fioritures, de me sortir des schémas classique de "celui qui a fait quelque chose de différent des autres", de ne pas me placer dans la posture de celui qui raconte...mais plutôt de celui qui s'ouvre comme une petite télé invitant à regarder une tranche de vie avec ses forces, ses lumières, ses doutes et ses douleurs.
Je ne raconte rien, j'essaie de témoigner de la manière la plus ouverte possible.
Car beaucoup de ceux qui rentrent de voyage ne disent pas la vérité : ils se présentent à travers un récit manipulé qui veut montrer une image en réalité différente de ce qu'ils ont vécu.
Aimer la vérité est le plus sûr moyen de se faire aimer d'elle !

Image

Il y a par exemple un auteur très connu qui édite beaucoup en ce moment (...) et qui de rares fois part avec son photographe qui, lui, réalise d'extraordinaires clichées du monde sauvage.
Récemment interviewé sur les ondes, le photographe racontait une différence essentielle entre l'auteur des textes et lui :
Lorsqu'ils gravissent tous les deux une montagne, l'auteur arrive au sommet et se tient debout devant les éléments les bras en V, alors que le photographe arrive en rampant pour ne pas effrayer la faune sauvage...
Deux camps.
J'ai changé de camp durant ces derniers voyages. Je ne les vis plus pour prouver quelque chose ni pour "réussir".
http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
Le bonheur est un combat de tous les jours, dont le principal adversaire est notre propre peur de l'inconnu. Je crois qu'il est donc dans notre nature d'explorer pour atteindre l'inconnu...

Avatar de l’utilisateur
captaincrochet
Membre
Messages : 602
Inscription : 18 févr. 2015, 17:54
Localisation : novacelles ( 63 )
Contact :

Re: NORVEGE, un goût d'éternel 2019

Message par captaincrochet » 10 nov. 2019, 20:34

Est-Motorcycles a écrit :
10 nov. 2019, 17:58
Sim&Dom a écrit :
09 nov. 2019, 12:39
...
Tout est bouleversant dans ce récit : joies, douleurs, beautés profondes des paysages et des ressentis exprimés sans filtres.
Merci pour tout Dom.

............................................................................................................................................................................

J'ai essayé.
J'ai essayé de ne pas faire de fioritures, de me sortir des schémas classique de "celui qui a fait quelque chose de différent des autres", de ne pas me placer dans la posture de celui qui raconte...mais plutôt de celui qui s'ouvre comme une petite télé invitant à regarder une tranche de vie avec ses forces, ses lumières, ses doutes et ses douleurs.
Je ne raconte rien, j'essaie de témoigner de la manière la plus ouverte possible.
Car beaucoup de ceux qui rentrent de voyage ne disent pas la vérité : ils se présentent à travers un récit manipulé qui veut montrer une image en réalité différente de ce qu'ils ont vécu.
Aimer la vérité est le plus sûr moyen de se faire aimer d'elle !

Image

Il y a par exemple un auteur très connu qui édite beaucoup en ce moment (...) et qui de rares fois part avec son photographe qui, lui, réalise d'extraordinaires clichées du monde sauvage.
Récemment interviewé sur les ondes, le photographe racontait une différence essentielle entre l'auteur des textes et lui :
Lorsqu'ils gravissent tous les deux une montagne, l'auteur arrive au sommet et se tient debout devant les éléments les bras en V, alors que le photographe arrive en rampant pour ne pas effrayer la faune sauvage...
Deux camps.
J'ai changé de camp durant ces derniers voyages. Je ne les vis plus pour prouver quelque chose ni pour "réussir".
Beau voyage, merci pour le partage.
La meilleure façon de se détendre, rouler avec une machine que vous aimez.

Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 35739
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: NORVEGE, un goût d'éternel 2019

Message par Est-Motorcycles » 11 nov. 2019, 19:24

Image
Image
Image
http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
Le bonheur est un combat de tous les jours, dont le principal adversaire est notre propre peur de l'inconnu. Je crois qu'il est donc dans notre nature d'explorer pour atteindre l'inconnu...

Avatar de l’utilisateur
Le Rouge
Membre
Messages : 300
Inscription : 15 mai 2017, 15:14
Localisation : Combrailles

Re: NORVEGE, un goût d'éternel 2019

Message par Le Rouge » 11 nov. 2019, 23:07

Est-Motorcycles a écrit :
11 nov. 2019, 19:24
Image
Image
Image
« Aucun des deux, ego et être, ne doit surpasser l’autre... »
"AAAAAAAAAAHHHHHHHHH !!!... dis-je."
Zarathoustra.

Répondre