CoronaTour

Répondre
Avatar de l’utilisateur
fbeurne
Membre
Messages : 1737
Inscription : 18 avr. 2016, 10:15
Localisation : 54000 nancy

Re: CoronaTour

Message par fbeurne » 21 sept. 2020, 20:53

Est-Motorcycles a écrit :
21 sept. 2020, 20:02
JLS78 a écrit :
21 sept. 2020, 19:22
Jour 101 Moscou, on s’occupe de Passepartout.
Rendez-vous ce matin à 10 heures dans la concession Ural de Moscou. Je m’y étais rendu en juillet et j’en avais gardé le souvenir d’une équipe compétente, disponible et sympathique. Ils avaient parfaitement fait le nécessaire pour régler les petits problèmes de mon side à l’époque.
J’arrive en avance fidèle à mon habitude toute empreinte de la peur de faire attendre les autres. Mais cette fois ci, j’en suis récompensé. J’avais cherché hier une station de lavage pour refaire une beauté à Passepartout sans succès. Encore une fois les indication de Google Map s’étaient montrées erronées. Et là, surprise! Juste à côté de la concession une grande et belle station qui va shampouiner mon ami des roues aux rétros. Il en avait vraiment besoin. Du coup me voilà pile à l’heure pour le rendez-vous avec les « docteurs » Pavel et Alexis que je retrouve avec joie! Vitaly a appelé hier pour discuter des choses à faire, tout est balisé. Il faudra plus de 4 heures pour effectuer les vidanges, graissage, réglages divers, changement de pneu et de batterie nécessaires. Pavel est à la manœuvre avec la compétence et l’assurance tranquille acquise avec l’expérience. Pendent ce temps, je discute avec les clients qui parlent anglais et le patron de la concession qui est aussi le patron des ventes Ural pour la Russie. Il me montre les photos d’une expédition dans le nord du massif de l’Oural où ils ont parcouru plus de 600 kilomètres au milieu de nul part vu qu’il n’y a sur place ni route, ni piste. Je suis scié et je me dit que mon voyage, certes plus long, est une aimable promenade devant l’accomplissement de ces hommes!
La concession est aussi en charge de la marque Harley Davidson. Un biker venu ici pour faire réviser sa Harley me remets avec fierté un badge du Chapter de Moscou accompagné d’un auto-collant que je m’empresse de mettre sur le panier du side. Je comprends que c’est un honneur qu’il me fait. Je suis un peu mal à l’aise de ne pouvoir lui rendre ce geste. C’est la deuxième fois que cela arrive, il faudra que je fasse faire des auto-collants la prochaine fois. J’ai encore à apprendre.
Après cette plongée dans ce monde de bikers, je rentre au bercail en profitant du nouveau ronronnement de plaisir de mon ami tout content que l’on se soit occupé de lui.
C’est ma dernière nuit à Moscou, demain je ferai un test Covid avant de prendre la route.
La route, enfin! Son rythme, ses étapes, ses fraternisation de parking, ses sandwichs avalés après un plein d’essence. Demain...
ImageImageImage
ImageImage
:D :D

Image


Superbe! On voyage aussi un peu avec ce beau résumé de tes aventures! Merci!
FRED, dept 54, et "black sport's globe trotter" année 2005 fiabilisé partie Cycle en 2010, Moteur/pont par DAN en 2016 et HONDA 1300 CTX année 2015
Dans ce monde, soit disant moderne, fait d'instantané, de vite consommé, dépêches toi d'être heureux; Roules en ural et tu comprendras où se trouve mon bonheur!

Avatar de l’utilisateur
JLS78
Membre
Messages : 123
Inscription : 01 janv. 2020, 18:22

Re: CoronaTour

Message par JLS78 » 23 sept. 2020, 20:41

Jour 103 Velikié Louki, dernière nuit en Russie
Debout à 7 heures, je trouve Vitaly en train de préparer le petit déjeuner. Café et Syrnikis. C’est un genre de beignet fait de fromage frais, œufs, sucre et farine que l’on fait dorer à la poêle. On les mange avec de la crème fraiche et de la confiture. Sophie vient nous rejoindre et nous prenons ensemble ce délicieux petit dej. C’est mes derniers instants avec eux et je ne peux qu’admirer encore la gentillesse et l’hospitalité de ce couple. Ils ne me connaissent pas et pourtant, ils m’ont invité et ont tout fait pour que cette soirée et cette nuit chez eux soit un bon moment. Mon seul passeports étant de voyager en Ural ce qui semble suffisant pour Vitaly qui restera toujours pour moi Monsieur Ural!
Il est temps de prendre la route. J’ai presque 500 km à faire avant ma dernière étape en Russie. J’ai choisi de passer la frontière demain matin plutôt que tard dans la soirée. J’avoue que l’entrée en Lettonie me stress un peu. En théorie il devrait m’imposer une quarantaine. Je me dit que le matin tout le monde doit être reposé et donc plus cool. Moi y compris.
La route se passe sans effort. Les conditions sont idéales. Le goudron est parfait, il fait très beau et la température est jusque comme j’aime, un peu fraîche mais pas froide. Le top quoi. A croire que mon ange gardien a repris du service et se donne à fond. De plus on voit que je suis de retour en Europe, les stations services sont grandes, propres, aérées et bien fournies en produits de toutes sortes. J’en trouve même une avec chapelle et animaux sculptés façon « Edward aux mains d’argent ». On est bien loin des « wild lands » et de leurs casemates blindées avec mini fenêtre à barreaux et vitre sans teint derrière laquelle une voix d’hygiaphone vous interpelle sans aménité. Au passage, une fois, dans une station de ce genre, le type avait fini par ouvrir sa fenêtre pour me parler, intrigué par Passepartout. Il est apparu en slip! Il faisait chaud et il vivait sa vie dans son bocal sans se soucier des clients qui de toutes les façons ne pouvaient pas le voir.
Sur la route, je vais tomber par hasard sur un mémorial de la « grande guerre patriotique ». Je m’arrête pour visiter. Je découvre un lieu de mémoire particulièrement émouvant. Une immense statue semble flotter dans l’air. Il y a aussi un petit musée présentant les restes d’un champs de bataille. Beaucoup de visiteurs viennent là se recueillir. Des hauts-parleurs diffusent doucement une musique de circonstance. La chance m’a encore une fois bien servi.
Arrivé à la ville étape, je prends mes quartiers et ressors rapidement prendre la température du lieu. C’est une ville d’environ 100,000 habitants qui fut entièrement détruite pendent la seconde guerre mondiale. Sa reconstruction a entraîné le création de logements collectifs sans âme qui ressemblent à nos HLM. on pourrait d’ailleurs s’y méprendre, tant les barres d’immeubles aux murs lépreux ressemblent à ceux de nos cités mais là s’arrête la ressemblance car si il y a aussi de vielles voitures garées dans des parkings coupés d’espaces verts mal entretenus, ici c’est propre! Pas de papiers gras, pas de cadavre de bouteilles, pas d’épave de voiture ou de vieux sommiers laissé à l’abandon. Les familles qui se promènent là ne sont pas riches mais il y a de la dignité dans leur attitude. Le lien social se manifeste dans ces grands parents qui surveillent les enfants qui jouent ou dans ces couples qui promènent leur bébé. Non décidément, cette pauvreté là n’est pas la même que dans nos quartiers.
La nuit tombe, il faut rentrer. Demain sera un moment de vérité pour la suite de ma route. Quarantaine ou pas quarantaine? That is the question.
ImageImageImageImageImage

marcc
Membre
Messages : 385
Inscription : 27 nov. 2016, 02:08

Re: CoronaTour

Message par marcc » 23 sept. 2020, 22:42

Bon courage et bonne chance pour demain matin !

Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 37690
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: CoronaTour

Message par Est-Motorcycles » 23 sept. 2020, 22:57

JLS78 a écrit :
23 sept. 2020, 20:41
Jour 103 Velikié Louki, dernière nuit en Russie
Debout à 7 heures, je trouve Vitaly en train de préparer le petit déjeuner. Café et Syrnikis. C’est un genre de beignet fait de fromage frais, œufs, sucre et farine que l’on fait dorer à la poêle. On les mange avec de la crème fraiche et de la confiture. Sophie vient nous rejoindre et nous prenons ensemble ce délicieux petit dej. C’est mes derniers instants avec eux et je ne peux qu’admirer encore la gentillesse et l’hospitalité de ce couple. Ils ne me connaissent pas et pourtant, ils m’ont invité et ont tout fait pour que cette soirée et cette nuit chez eux soit un bon moment. Mon seul passeports étant de voyager en Ural ce qui semble suffisant pour Vitaly qui restera toujours pour moi Monsieur Ural!
Il est temps de prendre la route. J’ai presque 500 km à faire avant ma dernière étape en Russie. J’ai choisi de passer la frontière demain matin plutôt que tard dans la soirée. J’avoue que l’entrée en Lettonie me stress un peu. En théorie il devrait m’imposer une quarantaine. Je me dit que le matin tout le monde doit être reposé et donc plus cool. Moi y compris.
La route se passe sans effort. Les conditions sont idéales. Le goudron est parfait, il fait très beau et la température est jusque comme j’aime, un peu fraîche mais pas froide. Le top quoi. A croire que mon ange gardien a repris du service et se donne à fond. De plus on voit que je suis de retour en Europe, les stations services sont grandes, propres, aérées et bien fournies en produits de toutes sortes. J’en trouve même une avec chapelle et animaux sculptés façon « Edward aux mains d’argent ». On est bien loin des « wild lands » et de leurs casemates blindées avec mini fenêtre à barreaux et vitre sans teint derrière laquelle une voix d’hygiaphone vous interpelle sans aménité. Au passage, une fois, dans une station de ce genre, le type avait fini par ouvrir sa fenêtre pour me parler, intrigué par Passepartout. Il est apparu en slip! Il faisait chaud et il vivait sa vie dans son bocal sans se soucier des clients qui de toutes les façons ne pouvaient pas le voir.
Sur la route, je vais tomber par hasard sur un mémorial de la « grande guerre patriotique ». Je m’arrête pour visiter. Je découvre un lieu de mémoire particulièrement émouvant. Une immense statue semble flotter dans l’air. Il y a aussi un petit musée présentant les restes d’un champs de bataille. Beaucoup de visiteurs viennent là se recueillir. Des hauts-parleurs diffusent doucement une musique de circonstance. La chance m’a encore une fois bien servi.
Arrivé à la ville étape, je prends mes quartiers et ressors rapidement prendre la température du lieu. C’est une ville d’environ 100,000 habitants qui fut entièrement détruite pendent la seconde guerre mondiale. Sa reconstruction a entraîné le création de logements collectifs sans âme qui ressemblent à nos HLM. on pourrait d’ailleurs s’y méprendre, tant les barres d’immeubles aux murs lépreux ressemblent à ceux de nos cités mais là s’arrête la ressemblance car si il y a aussi de vielles voitures garées dans des parkings coupés d’espaces verts mal entretenus, ici c’est propre! Pas de papiers gras, pas de cadavre de bouteilles, pas d’épave de voiture ou de vieux sommiers laissé à l’abandon. Les familles qui se promènent là ne sont pas riches mais il y a de la dignité dans leur attitude. Le lien social se manifeste dans ces grands parents qui surveillent les enfants qui jouent ou dans ces couples qui promènent leur bébé. Non décidément, cette pauvreté là n’est pas la même que dans nos quartiers.
La nuit tombe, il faut rentrer. Demain sera un moment de vérité pour la suite de ma route. Quarantaine ou pas quarantaine? That is the question.
ImageImageImageImageImage
Merci de ces très bonnes nouvelles. Tu es fidèle, ce qui donne beaucoup de valeur à tes récits.
La statuaire dégage une impressionnante magie, j'en suis amoureux et je te remercie de l'avoir publiée.
Ne t'inquiète pas, tout ira bien : tu as des protections...
http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
La dictature, fut-elle "sanitaire", n'en est pas moins une dictature de plus.
A 71 ans, je dois présenter à tout flic qui m'interpelle comme un chien un mot lui présentant mon heure de sortie. Au secours !

Avatar de l’utilisateur
JLS78
Membre
Messages : 123
Inscription : 01 janv. 2020, 18:22

Re: CoronaTour

Message par JLS78 » 24 sept. 2020, 21:49

Jour 104 Saldus (LV), Good bye Russia.
C’est le grand jour! Je vais quitter la Russie aujourd’hui. J’aurai passé 2 mois et demi dans ce fabuleux pays, le plus étendu au monde. J’y aurai mesuré l’immensité de ses territoires mais aussi celle de l’hospitalité et du coeur de ses habitants. J’aurai tenter de pénétrer le contraste de cette âme russe pleine de toutes les contradictions sans jamais y parvenir. La fascination naissant de l’incapacité à saisir les raisons de son exaltation, il est heureux que ce mystère me reste inaccessible. Je n’emporterai que le souvenir de la gentillesse sans limite d’un Artem, de la passion cachée sous un masque d’humble modestie d’un Vitaly, de l’exubérante générosité d’un Ivan, du fascinant destin d’un Denis devenu russe par amour ou de la puissance vitale d’un Sasha. J’ai aimé ce pays et ses gens. J’y reviendrai, mais tous ceux qui ont eu un grand amour de jeunesse savent qu’il ne sert à rien de vouloir le ranimer. Seul compte la force que l’on y a mis quand il s’est présenté et la puissance que l’on apporte à l’invocation de son souvenir.
La Russie que je quitte m’apparaît comme une déesse, comme un esprit qui m’a accompagné tout au long du voyage. Elle va encore me faire un magnifique cadeau avant que je ne l’a quitte. Le paquet est cette superbe journée de soleil, de ciel et de route dans la forêt. Le cadeau, c’est une apparition sur le bord de la route. Il est là, immense, il m’attend. Je crois d’abord à une statue, je ralentis. Non il est bien réel. Un elan, grand comme un pur sang. La même robe alezan, le même port altier. Je ne pense même pas à prendre une photo. Je suis subjugué par son regard. Il reste un moment immobile puis il traverse la route au trot et disparait dans les fondaisons. Un cadeau de la Russie à quelques kilomètres de la frontière...
La frontière, je reconnais qu’elle m’inquiète. J’ai prévu d’y passer un bon moment. J’ai préparé une étape à quelques kilomètres de là. Mais c’est sans compter sur mon ange gardien. Le passage se fera en à peine deux heures. Les douaniers et les douanières semblent plus intéressés par mon aventure que par mes papiers. Il y a bien cette garde russe qui m’engueule quand je veux prendre des photos de la douane, mais comme j’éclate de rire devant sa mimique de maîtresse d’école, la voilà qui rie aussi. Quand aux gardes Lettons, il n’ont qu’une question: vous rentrez à Paris?-Oui-Ah, c’est bien, allez-y.
A deux heures, je suis sorti.
Pas question de me reposer, il fait beau, tout c’est bien passé, je veux rouler encore. Alors je roule et je roule encore et bien que je me sois promis de ne jamais rouler la nuit, je vais continuer jusqu’à le nuit, je ferai 600 kilomètres et la route m’offrira, un renard qui trottine sur le bas côté et un ciel de feu comme un phare qui m’indique l’ouest vers lequel je courre.
J’arriverai à 100 km de la mer. C’est là que demain je prendrai le ferry si mon ange est d’accord.
ImageImageImage

Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 37690
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: CoronaTour

Message par Est-Motorcycles » 24 sept. 2020, 22:49

JLS78 a écrit :
24 sept. 2020, 21:49
Jour 104 Saldus (LV), Good bye Russia.
C’est le grand jour! Je vais quitter la Russie aujourd’hui. J’aurai passé 2 mois et demi dans ce fabuleux pays, le plus étendu au monde. J’y aurai mesuré l’immensité de ses territoires mais aussi celle de l’hospitalité et du coeur de ses habitants. J’aurai tenter de pénétrer le contraste de cette âme russe pleine de toutes les contradictions sans jamais y parvenir. La fascination naissant de l’incapacité à saisir les raisons de son exaltation, il est heureux que ce mystère me reste inaccessible. Je n’emporterai que le souvenir de la gentillesse sans limite d’un Artem, de la passion cachée sous un masque d’humble modestie d’un Vitaly, de l’exubérante générosité d’un Ivan, du fascinant destin d’un Denis devenu russe par amour ou de la puissance vitale d’un Sasha. J’ai aimé ce pays et ses gens. J’y reviendrai, mais tous ceux qui ont eu un grand amour de jeunesse savent qu’il ne sert à rien de vouloir le ranimer. Seul compte la force que l’on y a mis quand il s’est présenté et la puissance que l’on apporte à l’invocation de son souvenir.
La Russie que je quitte m’apparaît comme une déesse, comme un esprit qui m’a accompagné tout au long du voyage. Elle va encore me faire un magnifique cadeau avant que je ne l’a quitte. Le paquet est cette superbe journée de soleil, de ciel et de route dans la forêt. Le cadeau, c’est une apparition sur le bord de la route. Il est là, immense, il m’attend. Je crois d’abord à une statue, je ralentis. Non il est bien réel. Un elan, grand comme un pur sang. La même robe alezan, le même port altier. Je ne pense même pas à prendre une photo. Je suis subjugué par son regard. Il reste un moment immobile puis il traverse la route au trot et disparait dans les fondaisons. Un cadeau de la Russie à quelques kilomètres de la frontière...
La frontière, je reconnais qu’elle m’inquiète. J’ai prévu d’y passer un bon moment. J’ai préparé une étape à quelques kilomètres de là. Mais c’est sans compter sur mon ange gardien. Le passage se fera en à peine deux heures. Les douaniers et les douanières semblent plus intéressés par mon aventure que par mes papiers. Il y a bien cette garde russe qui m’engueule quand je veux prendre des photos de la douane, mais comme j’éclate de rire devant sa mimique de maîtresse d’école, la voilà qui rie aussi. Quand aux gardes Lettons, il n’ont qu’une question: vous rentrez à Paris?-Oui-Ah, c’est bien, allez-y.
A deux heures, je suis sorti.
Pas question de me reposer, il fait beau, tout c’est bien passé, je veux rouler encore. Alors je roule et je roule encore et bien que je me sois promis de ne jamais rouler la nuit, je vais continuer jusqu’à le nuit, je ferai 600 kilomètres et la route m’offrira, un renard qui trottine sur le bas côté et un ciel de feu comme un phare qui m’indique l’ouest vers lequel je courre.
J’arriverai à 100 km de la mer. C’est là que demain je prendrai le ferry si mon ange est d’accord.
ImageImageImage

Pour t'accompagner dans ton immense nostalgie...toute l'âme russe...


https://youtu.be/9MuaLOh_6gw
http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
La dictature, fut-elle "sanitaire", n'en est pas moins une dictature de plus.
A 71 ans, je dois présenter à tout flic qui m'interpelle comme un chien un mot lui présentant mon heure de sortie. Au secours !

Avatar de l’utilisateur
JLS78
Membre
Messages : 123
Inscription : 01 janv. 2020, 18:22

Re: CoronaTour

Message par JLS78 » 24 sept. 2020, 23:05

Merci

Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 37690
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: CoronaTour

Message par Est-Motorcycles » 24 sept. 2020, 23:16

JLS78 a écrit :
24 sept. 2020, 23:05
Merci
Avec grand plaisir.
Cette nostalgie ne te quittera pas, mais tu le sais déjà. Elle a les mêmes racines que celles de l'âme et elle restera toujours ta compagne comme une ombre solaire, comme une amante paisible mais puissante qui ne t'abandonnera jamais. Tu peux la prier, faire toutes sortes de choses comme avec sa terre et son peuple.
Elle viendra te chercher dans ta solitude et elle consolera car la Russie a le pouvoir particulier d'avoir donné de grands êtres qui sont comme ses piliers, leurs oeuvres passent au delà des temps et cherchent les âmes réceptives.
Bienvenue dans les regards d'au delà les horizons et dans la vraie Internationale.
http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
La dictature, fut-elle "sanitaire", n'en est pas moins une dictature de plus.
A 71 ans, je dois présenter à tout flic qui m'interpelle comme un chien un mot lui présentant mon heure de sortie. Au secours !

Avatar de l’utilisateur
Zorgol94
Membre
Messages : 2684
Inscription : 14 nov. 2011, 17:16
Localisation : Val de Marne
Contact :

Re: CoronaTour

Message par Zorgol94 » 25 sept. 2020, 01:16

Merci encore Jean-Louis pour le partage de cette longue aventure que nous suivons avec émerveillement, tu racontes merveilleusement bien cette ambiance Russe et je t'en remercie.
http://ural-france.com/
URAL FRANCE : un esprit d'aventure inspiré d'un side-car authentique au destin exceptionnel, une fierté transcendée par des liens humains sans frontière de la France jusqu'à la Russie.
ЗОРГОЛ ЛЕ ТРОЛЛ

pvdm100358
Membre
Messages : 465
Inscription : 03 avr. 2017, 10:54
Localisation : Belgique

Re: CoronaTour

Message par pvdm100358 » 25 sept. 2020, 09:20

Zorgol94 a écrit :
25 sept. 2020, 01:16
Merci encore Jean-Louis pour le partage de cette longue aventure que nous suivons avec émerveillement, tu racontes merveilleusement bien cette ambiance Russe et je t'en remercie.
+1 ! Tout est dit ou presque. Merci.

Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 37690
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: CoronaTour

Message par Est-Motorcycles » 25 sept. 2020, 13:13

pvdm100358 a écrit :
25 sept. 2020, 09:20
Zorgol94 a écrit :
25 sept. 2020, 01:16
Merci encore Jean-Louis pour le partage de cette longue aventure que nous suivons avec émerveillement, tu racontes merveilleusement bien cette ambiance Russe et je t'en remercie.
+1 ! Tout est dit ou presque. Merci.
...
http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
La dictature, fut-elle "sanitaire", n'en est pas moins une dictature de plus.
A 71 ans, je dois présenter à tout flic qui m'interpelle comme un chien un mot lui présentant mon heure de sortie. Au secours !

le riri
Membre
Messages : 300
Inscription : 16 févr. 2017, 08:15

Re: CoronaTour

Message par le riri » 26 sept. 2020, 18:12

quelle belle aventure, pas encore terminée , par chance. Profite à fond de ces derniers kilometres. Aller jusqu'au bout du monde avec ta machine est une formidable réussite. Bravo et que dire de tous ces rencontres que tu nous a fait partager..
En voyage, on le sait, c'est avant tout ça qui est important . Ces relations humaines que nous avons tant de mal, dans notre société privilégiée de maintenir tant nous sommes convaincus de détenir la vérité sur la vie et de n'avoir besoin de personne...
Le voyage, c'est cette ouverture vers les autres et la recherche profonde de soi...
Encore merci pour nous avoir fait partager tous ces moments merveilleux
La bise, le riri

Avatar de l’utilisateur
JLS78
Membre
Messages : 123
Inscription : 01 janv. 2020, 18:22

Re: CoronaTour

Message par JLS78 » 29 sept. 2020, 18:49

Jour 109 Vernouillet, fin du premier chapitre.
Maison, sucrée maison. Je viens de rentrer retrouvant mon foyer, ma chérie, ceux que j’aime, mon chien, mes pantoufles. L’étape était facile, à peine 200km. Et si la pluie m’a encore une dernière fois accompagné, elle s’est fait légère. C’est toujours une sensation curieuse de rentrer d’un long voyage. On emprunte les mêmes routes que si l’on rentrait du supermarché alors qu’on termine un voyage de 18,000 km. Pourtant ces derniers km ne font pas la différence et on croise les mêmes carrefours et les mêmes rues. Dan a raison, petits ou grands voyages, seules comptent les sensations que nous offre généreusement la route.
Je ne saurai dire ce qui se passe en moi. Je suis excité par la perspective de retrouver les miens et en même temps, la fin de quelque chose distille déjà sa nostalgie. Ces derniers jours sous la pluie ont exacerbé cette confusion intérieur.
Je me dit qu’il ne s’agit que d’une pause nécessaire pour me ressourcer auprès de ceux que je chéris. Bientôt je poursuivrai ce voyage. C’est un but que l’urgence de l’age me force à accomplir vite.
En attendant, je clos ce premier chapitre sur cette dernière journée de route. Je reprendrai sitôt que je pourrai repartir en Australie. Les mots déjà écrits garderont la mémoire de ceux que j’ai croisé et dont le regard reste pour toujours gravé dans mon coeur.
Image

Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 37690
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: CoronaTour

Message par Est-Motorcycles » 29 sept. 2020, 19:11

JLS78 a écrit :
29 sept. 2020, 18:49
Jour 109 Vernouillet, fin du premier chapitre.
Maison, sucrée maison. Je viens de rentrer retrouvant mon foyer, ma chérie, ceux que j’aime, mon chien, mes pantoufles. L’étape était facile, à peine 200km. Et si la pluie m’a encore une dernière fois accompagné, elle s’est fait légère. C’est toujours une sensation curieuse de rentrer d’un long voyage. On emprunte les mêmes routes que si l’on rentrait du supermarché alors qu’on termine un voyage de 18,000 km. Pourtant ces derniers km ne font pas la différence et on croise les mêmes carrefours et les mêmes rues. Dan a raison, petits ou grands voyages, seules comptent les sensations que nous offre généreusement la route.
Je ne saurai dire ce qui se passe en moi. Je suis excité par la perspective de retrouver les miens et en même temps, la fin de quelque chose distille déjà sa nostalgie. Ces derniers jours sous la pluie ont exacerbé cette confusion intérieur.
Je me dit qu’il ne s’agit que d’une pause nécessaire pour me ressourcer auprès de ceux que je chéris. Bientôt je poursuivrai ce voyage. C’est un but que l’urgence de l’age me force à accomplir vite.
En attendant, je clos ce premier chapitre sur cette dernière journée de route. Je reprendrai sitôt que je pourrai repartir en Australie. Les mots déjà écrits garderont la mémoire de ceux que j’ai croisé et dont le regard reste pour toujours gravé dans mon coeur.
Image
Merci du fond de mon coeur. La tête tourbillonne, le cocon est tout petit mais bien chaud, ce sont les retrouvailles qui sont immenses et qui montrent intérieurement du doigt une nouvelle solitude.

"Je me dit qu’il ne s’agit que d’une pause nécessaire pour me ressourcer auprès de ceux que je chéris. Bientôt je poursuivrai ce voyage. C’est un but que l’urgence de l’age me force à accomplir vite."

Comme je te comprends...
Que nos saints Pères te bénissent et que nos muses te guident dans leur clairvoyance !
Je recommande à nos loups ton chant de liberté. Repose-toi...

https://youtu.be/kCG6my4ZBDU
https://youtu.be/KTmatjyd4KM
http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
La dictature, fut-elle "sanitaire", n'en est pas moins une dictature de plus.
A 71 ans, je dois présenter à tout flic qui m'interpelle comme un chien un mot lui présentant mon heure de sortie. Au secours !

Avatar de l’utilisateur
ornette
Membre
Messages : 70
Inscription : 21 août 2018, 17:59
Localisation : Le Theil 03

Re: CoronaTour

Message par ornette » 29 sept. 2020, 19:21

Merci Jean-Louis pour ce magnifique récit, j'ai lu avec attention tes différents posts, quelle belle aventure. Un grand merci à toi de nous avoir fait rêver.

Répondre