URALEUR : J'ME PRESENTE (façon Ballavoine) car je pars en IRAN en side

Répondre
uraleur
Membre
Messages : 281
Inscription : 06 juil. 2018, 09:05

Re: URALEUR : J'ME PRESENTE (façon Ballavoine) car je pars en IRAN en side

Message par uraleur » 24 sept. 2019, 12:21

KULOB - KALAIKUM 29 juin

Image
Je ne suis pas certain que cette copie d'écran MAPSME vous aide. Il faut la regarder en imaginant être au nord et regarder vers le sud. A gauche donc c'est l'est. Simple non!

Image
Après la photo de famille dans la cour de la ferme, nous quittons nos hôtes tadjik si accueillants.
Aujourd'hui direction Kalahichum ou Qual'ai Kumb ou sur certaines cartes:Darvoz du nom du district.
180km à parcourir.
 Départ 8h45.   Arrivée 17h30

Rapidement la route monte vers 2000m. Le moteur tourne plus ou moins bien mais comme l'altimètre de mon smartphone indique  1600m je ne met pas en cause l'altitude. Il se passera plusieurs jours avant que je ne m'aperçoive que la fonction altimètre est indexée sur "capteur de pression seul" et non pas sur GPS. Je voudrais bien voir la tête du capteur de pression. Disons qu'il n'est pas calé  convenablement...

Première montée. Premier arrêt pour laisser reposer la bête
Image

Des éboulements heureusement déblayés. Il y a eu de fortes pluies quelques jours auparavant.
Image
Il y a aussi de très courts mais beaux morceaux de route
Image

puis descente vers la vallée du Panj qui matérialise la frontière avec l'Afghanistan.
Image

Village afghan sur l'autre rive
Image
Image

Et les premiers camions enfumeurs
Image
ImageImage
Les 4x4 qui font taxi et roulent à fond soulevant d'énormes nuages de poussière. Même pas une esquisse de ralentissement quand ils sont à notre hauteur.
Image


Le Panj nous allons le suivre plusieurs jours. Après sa source, il parcoure 1125 km pour rejoindre l'Amou Daria, ce grand fleuve qui termine (ait) sa course dans la mer d'Aral.
 Le Pamir est un peu le réservoir d'eau de l'Asie centrale.
ImageImage

Pour l'instant la route est plus ou moins roulante, parfois pas roulante du tout mais pas de problème particulier.
  Les moyennes horaires tombent!

Nous n'avons pas encore retrouvé la mythique route M41 mais je pense que, une fois rejoint le Panj on aborde la Pamir High Way.
Ne croyez pas comme moi, la 1ère fois que l'on m'en a parlé, qu'il s'agit d'une autoroute !
C'est la 2ème plus haute route du monde. Elle est située sur le passage de la M41 qui relie Och (Kirghistan) à Mazar e Sharif (Afghanistan).
Côtoyer l'Afghanistan n'est pas anodin pour un occidental. En tout cas moi cela me touche.
Parallèlement à notre route, il y a une piste sur l'autre rive (Afghane) à moins d'un jet de pierre parfois.
Image

Près de Kalaikum nous rejoignons la M41 (qui est coupée en direction de Dushanbe).
Image

5 km avant d'arriver à Kalahichum,  une Mercedes défraichie est arrêtée au bord de la route. A côté un type tres mince nous arrête. Il est très démonstratif d'enthousiasme, comme si il nous connaissait. C'est Jurev Roma qui racole les touristes pour garnir son hôtel. L'hôtel Roma cela tombe bien c'est celui que l'on nous avait indiqué.  Pour être certain que nous allions chez lui il nous guide jusqu'à l'hôtel. Puis repart aussitôt cueillir le touriste. C'est efficace car à chacun de ses passages l'hôtel se rempli.
Roma me rappelle les dealers du quartier où je travaillais.  Mince, presque émacié, parlant avec beaucoup d'enthousiasme. Je pense qu'il y a plus qu'une ressemblance. Le soir, 4 jeunes  arrivent pour parler avec Roma.
C'est incroyable comme une activité "professionnelle" marque la physionomie et la gestuelle des gens. Qu'ils soient trafiquants à Grenoble ou au Tadjikistan. L'Afghanistan est toujours un grand producteur d'opium. Une grande partie de l'économie du Tadjikistan repose sur le trafic de drogue. Le lendemain  matin deux militaires gradés viennent déjeuner dans le restaurant de l'hôtel. Cette fois plus de doute, la boucle est bouclée. Pas de trafic possible sans la couverture de l'armée. Laquelle armée patrouille tout au long de la frontière!
De la terrasse de l'hôtel on surplombe le Khumb, affluent du Panj. Mais pas question de traverser à la nage les quelques 15 mètres de large. Le courant est ici impressionnant de force et de bruit.
Image

Image
Avec Roma et un motard devant le garage de l'hôtel.



30 juin, après avoir fait le plein, départ 8h40 pour Rushan distant de 110km.
Nous ne sommes pas gourmands sur l'objectif. Malgré cela nous ne l'atteindrons pas!
 Nous nous arrêterons pour dormir à 20h30 après avoir fait 77km en 9h de roulage!
Une seule grande pause en milieu de journée pour déjeuner dans un resto routier.
2 heures d'arrêt pour purge carbu, nettoyage filtre à air et repas.

Le resto routier c'est un petit bâtiment en dur de 5m x 7m dans lequel se trouve la cuisine et je pense le logement de la famille. La "salle de restaurant" ce sont deux plateformes de bois, carrées de 3x3m surmontées d'un abri pour la pluie et équipé de coussins pour s'assoir.
Là, pour moi qui suit souple comme un rayon d'Ural, manger à la Tadjik c'est très inconfortable. C'est en tailleur ou couché sur le côté. C'est en fait la position pour manger dans toute l'Asie centrale. Je vous rassure, assez souvent on trouve des chaises.
Pour la vaisselle du resto c'est l'école de sa future fonction familiale.
Image
Image
Une sorte de dînette version asiatique.

La route est en mauvais état mais la difficulté ce sont les camions, très gros et très nombreux et la poussière qu'ils soulèvent.
La transition est brutale entre la petite route presque bucolique de la veille et l'enfer de cette journée  où l'on retrouve la M41 et son important trafic de camions entre la Chine et cette partie de l'Asie centrale.


Image

Image
Image
Image
Image

On aperçoit parfois les hauts sommets du Pamir.
Image

Et l'on croise plus fou que soit
ImageImage

A vouloir avancer toujours un peu plus, la nuit tombe sans possibilité de planter la tente un peu à l'écart de la route.
Image

Finalement il fait nuit et nous sommes toujours entre trous et bosses.

Image

Nous arrivons finalement dans un petit village. Nous nous arrêtons près de jeunes enfants. Façon Mime Marceau nous leur expliquons la situation et notre besoin de trouver un endroit pour notre tente. Sans hésitation le plus grand ( 1 dizaine d'années ) nous conduit dans un pré. En bord de route mais un peu protégé par un arbre. Et puis nous n'allons pas faire les difficiles. La journée commence par peser sur nos paupières !

uraleur
Membre
Messages : 281
Inscription : 06 juil. 2018, 09:05

Re: URALEUR : J'ME PRESENTE (façon Ballavoine) car je pars en IRAN en side

Message par uraleur » 24 sept. 2019, 12:23

1er juillet

Réveil champêtre. Les vaches viennent nous voir. Petit déjeuner, pliage de tente et hop c'est reparti.
ImageImage


Les camions aussi sont repartis
Image

Paysages toujours magnifiques
Image

Image

Image

Image

Image




La route ne s'améliore pas
Image

Image

Après une série de trous on a parfois le temps de passer la deuxième mais déjà il faut ralentir pour une nouvelle zone de trous.
ImageImage

ImageImage

C'est pas cool pour la passagère

https://youtu.be/gFshC0OPbBs

https://youtu.be/FpdvbSSlddc

https://youtu.be/tYnO0oLpBjo

https://youtu.be/pvm1dUZKjX4

Nous arrivons enfin à Rushan. Un peu plus tard que prévu.
La nuit approche. Finalement nous sortons de la ville, prenons un petit chemin pour nous éloigner de la route. C'est un peu marécageux mais nous trouvons finalement un endroit pour planter la tente.
Juste à côté d'une petite scierie.
Espérons qu'il ne commencent pas leur travail trop tôt!

uraleur
Membre
Messages : 281
Inscription : 06 juil. 2018, 09:05

Re: URALEUR : J'ME PRESENTE (façon Ballavoine) car je pars en IRAN en side

Message par uraleur » 24 sept. 2019, 14:54

J'ai oublié de préciser pour cette étape.
Deux nettoyages de filtre à air dans la journée.
Et je suis de ceux qui ne suivent pas de véhicules quand il y a de la poussière. Et je suis toujours vigilant au sens du vent.
Mais à ce moment là du parcours, je n'ai pas encore eu l'illumination salvatrice.
C'est pour bientôt.
T'cho

pvdm100358
Membre
Messages : 327
Inscription : 03 avr. 2017, 10:54
Localisation : Belgique

Re: URALEUR : J'ME PRESENTE (façon Ballavoine) car je pars en IRAN en side

Message par pvdm100358 » 24 sept. 2019, 17:08

uraleur a écrit :
24 sept. 2019, 14:54
J'ai oublié de préciser pour cette étape.
Deux nettoyages de filtre à air dans la journée.
Et je suis de ceux qui ne suivent pas de véhicules quand il y a de la poussière. Et je suis toujours vigilant au sens du vent.
Mais à ce moment là du parcours, je n'ai pas encore eu l'illumination salvatrice.
C'est pour bientôt.
T'cho
Passionnant ! Merci pour ce reportage et que tout aille bien!

Pierre

uraleur
Membre
Messages : 281
Inscription : 06 juil. 2018, 09:05

Re: URALEUR : J'ME PRESENTE (façon Ballavoine) car je pars en IRAN en side

Message par uraleur » 24 sept. 2019, 18:29

2 juillet

RUSHAN - KHORUG

Au réveil quelques voix mais pas de scie.
Les ouvriers sont là. En fait ils attendront la fin de notre petit déjeuner avant de commencer à scier. Nous apprécions.

ImageImageImage

KHORUG est à 50 km. Nous l'atteindrons en début d'après-midi. Départ 9h00, Essence, casse croute. Au total 1 heure d'arrêt. 3 heures de route.
Image

Ce qui m'épate c'est qu'ils ont tous la banane. Pourtant entre l'état de la route, la poussière, les 4x4 qui ne les ménagent pas plus que nous ils pourraient être aigris.
Image
A l'hôtel PAMIR, nous sommes seuls clients.
Je crois qu'il y a 2 hébergements nommés Pamir.
Niveaux d'huile , nettoyage du filtre à air et réglage culbuteurs au programme.
Le voisin du petit hôtel où nous sommes vient discuter pendant que je fais l'entretien.
Il nous propose une visite de la ville en fin d'après-midi.
Le petit camion héros de la construction de la route Osh / Khorug. 20 ans de travaux. En service en 1933.

Image

Depuis les hauteurs de la ville
Image


La fondation Aga Khan finance la construction de ce complexe universitaire pour l'Asie Centrale.
Image
Khorug est la capitale de la province autonome du Gorno-Badakhchan (GBAO); qui donne son nom à l'autorisation nécessaire pour emprunter la M41. On peut demander cette autorisation en même temps que le visa.
Image

3 juillet
Départ 8h45
Nous laissons la M41 pour continuer plein sud vers Iskachim à 110 km.
Il fait beau, l'air est encore frais, le bonheur.
Je ne laisse pas tout de suite la M41. Je met 3 km avant de m'apercevoir que je ne pars pas dans le bon sens.
Donc après le pont qui enjambe le Ghund il faut prendre à droite! et de nouveau suivre le Panj.
Même en plein bonheur il faut surveiller sa carte.
Et maintenant ce n'est plus le bonheur mais l'extase. Il n'y a plus de camion. Ils prennent la M41 !
Bon tout n'est pas gagné.
J'ai découvert ce matin le pb de l'altimètre de mon smartphone. En fait nous avons déjà dépassé les 2000m d'altitude. J'aurais dû remplacer les gicleurs d'origine par des 122, comme prescrit par le docteur Dan.
Tant pis on y va comme ça. (J'en connais un qui va me maudire).
En plus de l'altitude il y a cette brise de pente. Comme nous le vent monte.
Le sol chauffé par le soleil, chauffe l'air à son tour. Lequel air chaud, moins dense que le froid cherche un chemin pour monter et suit la vallée en direction du col.
Quand l'état de la route et la pente imposent une vitesse allant de 5 à 20 km/h et que le vent vous arrive dans le dos entre 5 et 15 km/h, le vent relatif qui refroidit le moteur varie entre 0 et 5 km/h. Voir souffle plus vite que le side n'avance!
Les arrêts se multiplient mais parfois en pleine côte le moteur en surchauffe donne des signes de faiblesse. Si le sommet est proche, je cravache l'animal à coup de débrayages pour relancer le moteur.
(nouveaux hurlements du côté de Manzat!).
Le moteur reprend des tours et nous continuons encore quelques 10nes de mètres pour faire une pause après le sommet. Avant l'arrêt, demi tour pour mettre l'avant du side face aux vent. Suivant la vitesse du vent il faut entre 1/4 d'heure et 20 mn pour refroidir la bête. Quand on sait que 1/2 heure après ça rechauffe, la progression est lente.
Je ne me vente pas de ces forfaits. Simplement s'arrêter dans une pente nécessite de la redescendre pour retrouver un peu de plat afin de pouvoir redémarrer une fois refroidie.
Plusieurs fois dans les fortes pentes, ma passagère descend, termine à pieds (ça tombe bien elle voulait marcher, et ne pas rouler tout le temps). Je redescend pour prendre de l'élan et hop. Parfois pour redémarrer dans la pente, je descends du side en tenant le frein avant serré, démarrage en côte en courant à côté du side, hop en amazone sur le siège et hop debout sur la jambe gauche, jambe droite par dessus le réservoir tout en regardant la piste. J'suis balaise non! Je n'ai même pas les chevilles qui enflent. Le tibia droit lui enfle. En courant à côté de la moto il vient heurter le cylindre droit. La méthode est a perfectionner.

ImageImageImage
ImageImage

Arrivée à Iskachim à 17h30. Altitude 2200 m.
Contrôle des niveaux d'huile et changement des gicleurs (il est temps!)

fred59
Membre
Messages : 295
Inscription : 24 janv. 2016, 23:14
Localisation : 62 231 Blériot-plage

Re: URALEUR : J'ME PRESENTE (façon Ballavoine) car je pars en IRAN en side

Message par fred59 » 24 sept. 2019, 22:34

fabuleux ce voyage. Noter chaque jour le déroulement de la journée ne doit être toujours facile.
Bravo et bon courage

Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 35788
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: URALEUR : J'ME PRESENTE (façon Ballavoine) car je pars en IRAN en side

Message par Est-Motorcycles » 24 sept. 2019, 23:04

fred59 a écrit :
24 sept. 2019, 22:34
fabuleux ce voyage. Noter chaque jour le déroulement de la journée ne doit être toujours facile.
Bravo et bon courage
Quel périple ! Bon sang c'est du costaud...
Merci beaucoup pour ce magnifique compte-rendu qui me remonte les boules plus haut !
Ural c'est quand même du solide, mais il est vrai que celle-ci est dans les mains d'un conducteur qui commence à devenir un sérieux expert...
Il y en a qui discutent et d'autres qui roulent : à chacun sa vie !
http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
Le bonheur est un combat de tous les jours, dont le principal adversaire est notre propre peur de l'inconnu. Je crois qu'il est donc dans notre nature d'explorer pour atteindre l'inconnu...

Discret
Membre
Messages : 1949
Inscription : 06 nov. 2011, 11:11
Localisation : Belle-Ile en Mer

Re: URALEUR : J'ME PRESENTE (façon Ballavoine) car je pars en IRAN en side

Message par Discret » 25 sept. 2019, 00:43

magnifiques images,magnifique récit .MERCI.
Cela n'est pas accessible à n'importe qui
François alias Discret,
Transalp 1990 180 000kms+Ural T 1WD 2014 E-M,pont long 12000kms MERCI Dan,y a que toi qui aies le droit d'y toucher

uraleur
Membre
Messages : 281
Inscription : 06 juil. 2018, 09:05

Re: URALEUR : J'ME PRESENTE (façon Ballavoine) car je pars en IRAN en side

Message par uraleur » 25 sept. 2019, 05:15

Discret a écrit :
25 sept. 2019, 00:43
magnifiques images,magnifique récit .MERCI.
Cela n'est pas accessible à n'importe qui
Si, la preuve...
Il suffit de le vouloir.
Pour le vouloir il faut en avoir envie!
Je comprends que cela puisse rebuter.
Mais c'est tellement bon. Et pas que quand ça s'arrête !
A+

uraleur
Membre
Messages : 281
Inscription : 06 juil. 2018, 09:05

Re: URALEUR : J'ME PRESENTE (façon Ballavoine) car je pars en IRAN en side

Message par uraleur » 25 sept. 2019, 05:30

Je l'ai peut-être déjà dit, mais ce qui m'a aidé à confirmer ma volonté de faire ce voyage c'est un encouragement de Dan. Façon Dan!:
" de toute façon tu vas tomber en panne "...

Cela a perturbé ma nuit, mais au matin cette panne redoutée n'était plus qu'une partie du voyage et n'en représentait plus la fin.
S'rait t-y pas un peu psy le guérisseur d'ural!
Cela m'a aidé à partir.
Cela m'aide aujourd'hui à patienter.
Toujours pas reçu les pièces...
Bises
Bises

le riri
Membre
Messages : 222
Inscription : 16 févr. 2017, 08:15

Re: URALEUR : J'ME PRESENTE (façon Ballavoine) car je pars en IRAN en side

Message par le riri » 25 sept. 2019, 07:19

BRAVO, BRAVO ET ENCORE BRAVO . ET UN ENORME MERCI POUR TON RECIT ET TES SUPERBES PHOTOS...
Qu'est-qu'on attend pour partir nous aussi ... Tu nous montre la voie ( la véritable )
merci à toi et bonne route
la bise
le riri

Avatar de l’utilisateur
fbeurne
Membre
Messages : 1541
Inscription : 18 avr. 2016, 10:15
Localisation : 54000 nancy

Re: URALEUR : J'ME PRESENTE (façon Ballavoine) car je pars en IRAN en side

Message par fbeurne » 25 sept. 2019, 07:35

uraleur a écrit :
24 sept. 2019, 12:21
KULOB - KALAIKUM 29 juin

Image
Je ne suis pas certain que cette copie d'écran MAPSME vous aide. Il faut la regarder en imaginant être au nord et regarder vers le sud. A gauche donc c'est l'est. Simple non!

Image
Après la photo de famille dans la cour de la ferme, nous quittons nos hôtes tadjik si accueillants.
Aujourd'hui direction Kalahichum ou Qual'ai Kumb ou sur certaines cartes:Darvoz du nom du district.
180km à parcourir.
 Départ 8h45.   Arrivée 17h30

Rapidement la route monte vers 2000m. Le moteur tourne plus ou moins bien mais comme l'altimètre de mon smartphone indique  1600m je ne met pas en cause l'altitude. Il se passera plusieurs jours avant que je ne m'aperçoive que la fonction altimètre est indexée sur "capteur de pression seul" et non pas sur GPS. Je voudrais bien voir la tête du capteur de pression. Disons qu'il n'est pas calé  convenablement...

Première montée. Premier arrêt pour laisser reposer la bête
Image

Des éboulements heureusement déblayés. Il y a eu de fortes pluies quelques jours auparavant.
Image
Il y a aussi de très courts mais beaux morceaux de route
Image

puis descente vers la vallée du Panj qui matérialise la frontière avec l'Afghanistan.
Image

Village afghan sur l'autre rive
Image
Image

Et les premiers camions enfumeurs
Image
ImageImage
Les 4x4 qui font taxi et roulent à fond soulevant d'énormes nuages de poussière. Même pas une esquisse de ralentissement quand ils sont à notre hauteur.
Image


Le Panj nous allons le suivre plusieurs jours. Après sa source, il parcoure 1125 km pour rejoindre l'Amou Daria, ce grand fleuve qui termine (ait) sa course dans la mer d'Aral.
 Le Pamir est un peu le réservoir d'eau de l'Asie centrale.
ImageImage

Pour l'instant la route est plus ou moins roulante, parfois pas roulante du tout mais pas de problème particulier.
  Les moyennes horaires tombent!

Nous n'avons pas encore retrouvé la mythique route M41 mais je pense que, une fois rejoint le Panj on aborde la Pamir High Way.
Ne croyez pas comme moi, la 1ère fois que l'on m'en a parlé, qu'il s'agit d'une autoroute !
C'est la 2ème plus haute route du monde. Elle est située sur le passage de la M41 qui relie Och (Kirghistan) à Mazar e Sharif (Afghanistan).
Côtoyer l'Afghanistan n'est pas anodin pour un occidental. En tout cas moi cela me touche.
Parallèlement à notre route, il y a une piste sur l'autre rive (Afghane) à moins d'un jet de pierre parfois.
Image

Près de Kalaikum nous rejoignons la M41 (qui est coupée en direction de Dushanbe).
Image

5 km avant d'arriver à Kalahichum,  une Mercedes défraichie est arrêtée au bord de la route. A côté un type tres mince nous arrête. Il est très démonstratif d'enthousiasme, comme si il nous connaissait. C'est Jurev Roma qui racole les touristes pour garnir son hôtel. L'hôtel Roma cela tombe bien c'est celui que l'on nous avait indiqué.  Pour être certain que nous allions chez lui il nous guide jusqu'à l'hôtel. Puis repart aussitôt cueillir le touriste. C'est efficace car à chacun de ses passages l'hôtel se rempli.
Roma me rappelle les dealers du quartier où je travaillais.  Mince, presque émacié, parlant avec beaucoup d'enthousiasme. Je pense qu'il y a plus qu'une ressemblance. Le soir, 4 jeunes  arrivent pour parler avec Roma.
C'est incroyable comme une activité "professionnelle" marque la physionomie et la gestuelle des gens. Qu'ils soient trafiquants à Grenoble ou au Tadjikistan. L'Afghanistan est toujours un grand producteur d'opium. Une grande partie de l'économie du Tadjikistan repose sur le trafic de drogue. Le lendemain  matin deux militaires gradés viennent déjeuner dans le restaurant de l'hôtel. Cette fois plus de doute, la boucle est bouclée. Pas de trafic possible sans la couverture de l'armée. Laquelle armée patrouille tout au long de la frontière!
De la terrasse de l'hôtel on surplombe le Khumb, affluent du Panj. Mais pas question de traverser à la nage les quelques 15 mètres de large. Le courant est ici impressionnant de force et de bruit.
Image

Image
Avec Roma et un motard devant le garage de l'hôtel.



30 juin, après avoir fait le plein, départ 8h40 pour Rushan distant de 110km.
Nous ne sommes pas gourmands sur l'objectif. Malgré cela nous ne l'atteindrons pas!
 Nous nous arrêterons pour dormir à 20h30 après avoir fait 77km en 9h de roulage!
Une seule grande pause en milieu de journée pour déjeuner dans un resto routier.
2 heures d'arrêt pour purge carbu, nettoyage filtre à air et repas.

Le resto routier c'est un petit bâtiment en dur de 5m x 7m dans lequel se trouve la cuisine et je pense le logement de la famille. La "salle de restaurant" ce sont deux plateformes de bois, carrées de 3x3m surmontées d'un abri pour la pluie et équipé de coussins pour s'assoir.
Là, pour moi qui suit souple comme un rayon d'Ural, manger à la Tadjik c'est très inconfortable. C'est en tailleur ou couché sur le côté. C'est en fait la position pour manger dans toute l'Asie centrale. Je vous rassure, assez souvent on trouve des chaises.
Pour la vaisselle du resto c'est l'école de sa future fonction familiale.
Image
Image
Une sorte de dînette version asiatique.

La route est en mauvais état mais la difficulté ce sont les camions, très gros et très nombreux et la poussière qu'ils soulèvent.
La transition est brutale entre la petite route presque bucolique de la veille et l'enfer de cette journée  où l'on retrouve la M41 et son important trafic de camions entre la Chine et cette partie de l'Asie centrale.


Image

Image
Image
Image
Image

On aperçoit parfois les hauts sommets du Pamir.
Image

Et l'on croise plus fou que soit
ImageImage

A vouloir avancer toujours un peu plus, la nuit tombe sans possibilité de planter la tente un peu à l'écart de la route.
Image

Finalement il fait nuit et nous sommes toujours entre trous et bosses.

Image

Nous arrivons finalement dans un petit village. Nous nous arrêtons près de jeunes enfants. Façon Mime Marceau nous leur expliquons la situation et notre besoin de trouver un endroit pour notre tente. Sans hésitation le plus grand ( 1 dizaine d'années ) nous conduit dans un pré. En bord de route mais un peu protégé par un arbre. Et puis nous n'allons pas faire les difficiles. La journée commence par peser sur nos paupières !
:shock: Impressionnant! (seul peut être, avec un clébard pourquoi pas.....mais accompagné, je n'aurais pas la santé nerveuse pour ca ! :lol: ! Car dans ces cas là, il ne faut que le ("la") binôme accable le conducteur de la situation.. ce qui peut être la position "humaine" du passager qui subis sans possibilité d'agir sur la conduite, le chemin, le lieu, la météo...(Euhhh.....Mais qu'on se rassure, parfois, le pilote non plus! (surtout pour la météo!lol!)
Je tire mon chapeau! :shock: là c'est du lourd!
:arrow:
FRED, dept 54, et "black sport's globe trotter" année 2005 fiabilisé partie Cycle en 2010, Moteur/pont par DAN en 2016 et BMW rotax F650 GS
Dans ce monde, soit disant moderne, fait d'instantané, de vite consommé, dépêches toi d'être heureux; Roules en ural et tu comprendras où se trouve mon bonheur!

Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 35788
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: URALEUR : J'ME PRESENTE (façon Ballavoine) car je pars en IRAN en side

Message par Est-Motorcycles » 25 sept. 2019, 08:18

Il fait très bien aussi de consacrer un petit moment sur son side, assez régulièrement, cela l'empêche de se laisser dépasser par le voyage car le grand danger dans sa situation - outre les camions de poussière etc...- c'est de se laisser dépasser par le voyage. Cela arrive déjà au bout de quelques petites semaines et on ne s'en rend pas compte. J'en ai connu deux à qui c'est arrivé et ils sont devenus narcissiques, hautains et cons.
Son épouse a été un régulateur là aussi, comme toutes ces femmes fantastiques qui osent elles aussi et qui partagent cette expérience unique qui les unit pour la vie.
http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
Le bonheur est un combat de tous les jours, dont le principal adversaire est notre propre peur de l'inconnu. Je crois qu'il est donc dans notre nature d'explorer pour atteindre l'inconnu...

Téji
Membre
Messages : 179
Inscription : 01 avr. 2017, 12:58

Re: URALEUR : J'ME PRESENTE (façon Ballavoine) car je pars en IRAN en side

Message par Téji » 25 sept. 2019, 09:34

Quelle aventure !
Merci pour ce reportage et ces photos magnifiques.

uraleur
Membre
Messages : 281
Inscription : 06 juil. 2018, 09:05

Re: URALEUR : J'ME PRESENTE (façon Ballavoine) car je pars en IRAN en side

Message par uraleur » 25 sept. 2019, 09:42

Fred :
" fabuleux ce voyage. Noter chaque jour le déroulement de la journée ne doit être toujours facile."

Quelques notes à la hâte. Et les photos aident beaucoup à se remémorer une journée.
Mais rassure toi, cela n'a pas duré tout le voyage.
En Mongolie il m'est arrivé de cherché quel mois nous étions. Si c'est pas du lâché prise ça !....

Répondre