PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Polyglot
Membre
Messages : 349
Inscription : 24 juin 2008, 21:07
Localisation : Puy de Dôme

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Polyglot » 04 nov. 2020, 14:51

A la fin des années '50, quand la France allait ( plutôt ) mal, un " grand bonhomme ", - pas seulement par la taille - a été appelé pour prendre en main la destinée du pays. Les ainés d'entre nous ont connu celui à qui je fais allusion ici.
Certes, il avait des défauts, comme tout un chacun, il a parfois agi de manière discutable, mais il reste un homme admirable, intègre, un homme " à poigne " comme il en faudrait un aujourd'hui.

Cet autre général, qui parle dans le post précédent,
https://youtu.be/dSOAkjesmtY me paraît plein de bon sens...Sera-t'il écouté, ou censuré ?

Je viens de recevoir un texte qui lui aussi me semble admirable. Le fait qu'il vienne d'un homme d'église va peut-être déplaire à certains, mais abstraction faite de son appartenance, ses propos pourraient être ceux de tout homme de bonne volonté.
Le texte est un peu long, mais il mérite d'être lu...et médité :

Réflexion de Mgr Cattenoz, archevêque d'Avignon :

"Une question me travaille depuis des semaines : le blasphème est-il vraiment un droit en démocratie ? Les caricatures blasphématoires sont-elles un droit en démocratie ?
Malgré les affirmations du président de la République, je réponds non à cette question et
je voudrais argumenter ma réponse.
En terre d’Islam radical, le blasphème contre le prophète ou le Coran est passible de la
peine de mort et dans certains cas par décapitation.
Dans l’Église catholique, quand un tabernacle ou un ciboire contenant la présence réelle
du Seigneur est profané, les chrétiens célèbrent des messes de réparations et de demande
de pardon pour de tels actes de profanation.
Après les attentats de “Charlie Hebdo”, tout le monde était “Charlie” !
Personnellement, j’ai toujours affirmé : “Je ne suis pas Charlie”, tout en condamnant avec
force les auteurs de cet attentat barbare et odieux. Il était fondamental de condamner
l’attentat, mais il était tout aussi fondamental de me dissocier d’un journal qui fait sa une de caricatures aussi blasphématoires les unes que les autres.
Lorsque “Charlie” a pu reparaître des mois plus tard, la une était toujours scandaleuse et m’a profondément blessé. Elle représentait le pape Benoît XVI sodomisé par le prophète !
Et la presse s’est réjouie de voir ce “journal” renaître de ses cendres.
Quelques temps après, j’ai eu l’occasion, lors d’un repas à la préfecture d’Avignon avec le
ministre de l’Intérieur de l’époque, et les représentants des cultes de poser au ministre la
question suivante : le blasphème semble faire partie des gènes de “Charlie Hebdo”, mais
ne pensez-vous pas que la liberté de publier blasphème et caricatures s’arrête là où je
blesse gravement mes frères ?
Et je lui ai dit combien j’avais été profondément bouleversé de voir ainsi bafouer le pape
Benoît et même de voir bafouer le prophète à travers cette caricature.
Il m’avait répondu à l’époque qu’au gouvernement, il y avait eu un débat, car un certain
nombre de ministres condamnaient une telle caricature au nom même d’une limite à la
liberté dans un monde où nous sommes invités à vivre en frères.
Je dois avouer que j’avais pleuré devant une telle caricature qui blessait ma sensibilité de chrétien. Comment des journalistes peuvent-ils agir ainsi au nom d’un pseudo droit à une liberté
totale et sans limites de caricaturer jusqu’à l’extrême et de s’en glorifier ?
La démocratie ou le laïcisme n’ont rien à voir en cela.
Je croyais – naïvement peut-être – que l’homme était fait pour vivre en société et que la
République avait cru bon d’emprunter aux chrétiens le symbole de la “Fraternité” comme
emblème de la République !
Si nous sommes appelés à vivre ensemble en frères, la liberté de chacun s’arrête là où je
blesse mon frère. Je peux certes entamer le dialogue avec un frère qui ne partage pas mon
point de vue, et user de tout mon pouvoir de persuasion, mais déclarer d’emblée que le
blasphème et les caricatures, quelles qu’elles soient sont un droit en démocratie, cela n’est
pas juste, cela n’est pas vrai.
En même temps, cela ne justifie en aucune façon la décapitation d’un professeur d’histoire
qui voulait réfléchir avec ses élèves sur la portée de telles caricatures et sur un tel blasphème
remis au goût du jour dans une presse à scandale.
Je dois avouer combien je suis resté sans voix devant les déclarations du Président de la République, qui plus est parlant depuis le Liban, face à un tel acte.
Il a justifié au nom même de la Démocratie la liberté de dire et de publier tout et n’importe quoi,
la liberté au blasphème sous toutes ses formes. Je croyais rêver !
Je comprends qu’il soit de bon ton aujourd’hui de se moquer des religions et de les traîner dans
la boue, mais les auteurs de tels comportements se rendent-ils compte qu’ils bafouent la liberté
dans son vrai sens, son sens profond et authentique ?
Au nom même de la fraternité, base de toute vie en société, je ne peux que redire : la liberté de chacun s’arrête là où je blesse gravement mon frère ! Il s’agit là d’une vérité fondement même de toute vie en société ou alors nous allons vers une dérive totalitaire qui ne dit pas son nom.
En même temps, il nous faut condamner avec force les actes de violences et de barbarie qui prétendent répondre à cette conception erronée de la liberté.

+ Jean-Pierre Cattenoz, archevêque d’Avignon".

Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 36348
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Est-Motorcycles » 04 nov. 2020, 17:31

Polyglot a écrit :
04 nov. 2020, 14:51
A la fin des années '50, quand la France allait ( plutôt ) mal, un " grand bonhomme ", - pas seulement par la taille - a été appelé pour prendre en main la destinée du pays. Les ainés d'entre nous ont connu celui à qui je fais allusion ici.
Certes, il avait des défauts, comme tout un chacun, il a parfois agi de manière discutable, mais il reste un homme admirable, intègre, un homme " à poigne " comme il en faudrait un aujourd'hui.

Cet autre général, qui parle dans le post précédent,
https://youtu.be/dSOAkjesmtY me paraît plein de bon sens...Sera-t'il écouté, ou censuré ?

Je viens de recevoir un texte qui lui aussi me semble admirable. Le fait qu'il vienne d'un homme d'église va peut-être déplaire à certains, mais abstraction faite de son appartenance, ses propos pourraient être ceux de tout homme de bonne volonté.
Le texte est un peu long, mais il mérite d'être lu...et médité :

Réflexion de Mgr Cattenoz, archevêque d'Avignon :

"Une question me travaille depuis des semaines : le blasphème est-il vraiment un droit en démocratie ? Les caricatures blasphématoires sont-elles un droit en démocratie ?
Malgré les affirmations du président de la République, je réponds non à cette question et
je voudrais argumenter ma réponse.
En terre d’Islam radical, le blasphème contre le prophète ou le Coran est passible de la
peine de mort et dans certains cas par décapitation.
Dans l’Église catholique, quand un tabernacle ou un ciboire contenant la présence réelle
du Seigneur est profané, les chrétiens célèbrent des messes de réparations et de demande
de pardon pour de tels actes de profanation.
Après les attentats de “Charlie Hebdo”, tout le monde était “Charlie” !
Personnellement, j’ai toujours affirmé : “Je ne suis pas Charlie”, tout en condamnant avec
force les auteurs de cet attentat barbare et odieux. Il était fondamental de condamner
l’attentat, mais il était tout aussi fondamental de me dissocier d’un journal qui fait sa une de caricatures aussi blasphématoires les unes que les autres.
Lorsque “Charlie” a pu reparaître des mois plus tard, la une était toujours scandaleuse et m’a profondément blessé. Elle représentait le pape Benoît XVI sodomisé par le prophète !
Et la presse s’est réjouie de voir ce “journal” renaître de ses cendres.
Quelques temps après, j’ai eu l’occasion, lors d’un repas à la préfecture d’Avignon avec le
ministre de l’Intérieur de l’époque, et les représentants des cultes de poser au ministre la
question suivante : le blasphème semble faire partie des gènes de “Charlie Hebdo”, mais
ne pensez-vous pas que la liberté de publier blasphème et caricatures s’arrête là où je
blesse gravement mes frères ?
Et je lui ai dit combien j’avais été profondément bouleversé de voir ainsi bafouer le pape
Benoît et même de voir bafouer le prophète à travers cette caricature.
Il m’avait répondu à l’époque qu’au gouvernement, il y avait eu un débat, car un certain
nombre de ministres condamnaient une telle caricature au nom même d’une limite à la
liberté dans un monde où nous sommes invités à vivre en frères.
Je dois avouer que j’avais pleuré devant une telle caricature qui blessait ma sensibilité de chrétien. Comment des journalistes peuvent-ils agir ainsi au nom d’un pseudo droit à une liberté
totale et sans limites de caricaturer jusqu’à l’extrême et de s’en glorifier ?
La démocratie ou le laïcisme n’ont rien à voir en cela.
Je croyais – naïvement peut-être – que l’homme était fait pour vivre en société et que la
République avait cru bon d’emprunter aux chrétiens le symbole de la “Fraternité” comme
emblème de la République !
Si nous sommes appelés à vivre ensemble en frères, la liberté de chacun s’arrête là où je
blesse mon frère. Je peux certes entamer le dialogue avec un frère qui ne partage pas mon
point de vue, et user de tout mon pouvoir de persuasion, mais déclarer d’emblée que le
blasphème et les caricatures, quelles qu’elles soient sont un droit en démocratie, cela n’est
pas juste, cela n’est pas vrai.
En même temps, cela ne justifie en aucune façon la décapitation d’un professeur d’histoire
qui voulait réfléchir avec ses élèves sur la portée de telles caricatures et sur un tel blasphème
remis au goût du jour dans une presse à scandale.
Je dois avouer combien je suis resté sans voix devant les déclarations du Président de la République, qui plus est parlant depuis le Liban, face à un tel acte.
Il a justifié au nom même de la Démocratie la liberté de dire et de publier tout et n’importe quoi,
la liberté au blasphème sous toutes ses formes. Je croyais rêver !
Je comprends qu’il soit de bon ton aujourd’hui de se moquer des religions et de les traîner dans
la boue, mais les auteurs de tels comportements se rendent-ils compte qu’ils bafouent la liberté
dans son vrai sens, son sens profond et authentique ?
Au nom même de la fraternité, base de toute vie en société, je ne peux que redire : la liberté de chacun s’arrête là où je blesse gravement mon frère ! Il s’agit là d’une vérité fondement même de toute vie en société ou alors nous allons vers une dérive totalitaire qui ne dit pas son nom.
En même temps, il nous faut condamner avec force les actes de violences et de barbarie qui prétendent répondre à cette conception erronée de la liberté.

+ Jean-Pierre Cattenoz, archevêque d’Avignon".
Mon cher Polyglot, je te remercie de donner ton opinion qui je le sais est sincère et sérieuse. Merci aussi d'oser sortir d'une réserve dans laquelle les français se terrent actuellement et dont ils devraient sortir : il me semble important que nous parlions tant que nous le pouvons encore...
Je partage évidemment le contenu de ton récit qui est synonyme de ce que je disais dans un jargon plus "Audiarisé" un peu plus haut :
viewtopic.php?f=2&t=2869&start=4545#p213776
...car en laissant les parisiens agir comme ils le font, les feux s'allument alors que nous sommes incapables d'y faire face, sans parler de les éteindre...
Ces caricatures ainsi propagées par bravade nous collent la quasi entièreté du monde arabe sur le dos : nous avons bien besoin de cela en plus du Covid et de la situation économique actuelle.
C'est très cher payé et ils le font car ces gens font hélas partie des élites qui ne paient jamais les conséquences des mèches qu'ils allument...ils chatouillent la plante des pieds d'un monstre qu'ils éveillent ainsi alors qu'ils n'ont pas les moyens d'assumer les conséquences de leurs provocations, laissant évidemment, comme toujours, aux autres qui subissent le soin de gérer leurs merdes. Pardon, mais je ne puis appeler leurs actes autrement.
Je provoque en gagnant du fric, vous ramassez mes crottes le temps que je puisse redessiner d'autres provocations.
http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
La seule chose qui m'importe est d'être au bon endroit au bon moment...je ne connais rien de plus fort.

Avatar de l’utilisateur
Marip
Modo
Messages : 1249
Inscription : 19 janv. 2011, 09:26

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Marip » 04 nov. 2020, 19:03

Polyglot a écrit :
04 nov. 2020, 14:51
A la fin des années '50, quand la France allait ( plutôt ) mal, un " grand bonhomme ", - pas seulement par la taille - a été appelé pour prendre en main la destinée du pays. Les ainés d'entre nous ont connu celui à qui je fais allusion ici.
Certes, il avait des défauts, comme tout un chacun, il a parfois agi de manière discutable, mais il reste un homme admirable, intègre, un homme " à poigne " comme il en faudrait un aujourd'hui.

Cet autre général, qui parle dans le post précédent,
https://youtu.be/dSOAkjesmtY me paraît plein de bon sens...Sera-t'il écouté, ou censuré ?

Je viens de recevoir un texte qui lui aussi me semble admirable. Le fait qu'il vienne d'un homme d'église va peut-être déplaire à certains, mais abstraction faite de son appartenance, ses propos pourraient être ceux de tout homme de bonne volonté.
Le texte est un peu long, mais il mérite d'être lu...et médité :

Réflexion de Mgr Cattenoz, archevêque d'Avignon :

"Une question me travaille depuis des semaines : le blasphème est-il vraiment un droit en démocratie ? Les caricatures blasphématoires sont-elles un droit en démocratie ?
Malgré les affirmations du président de la République, je réponds non à cette question et
je voudrais argumenter ma réponse.
En terre d’Islam radical, le blasphème contre le prophète ou le Coran est passible de la
peine de mort et dans certains cas par décapitation.
Dans l’Église catholique, quand un tabernacle ou un ciboire contenant la présence réelle
du Seigneur est profané, les chrétiens célèbrent des messes de réparations et de demande
de pardon pour de tels actes de profanation.
Après les attentats de “Charlie Hebdo”, tout le monde était “Charlie” !
Personnellement, j’ai toujours affirmé : “Je ne suis pas Charlie”, tout en condamnant avec
force les auteurs de cet attentat barbare et odieux. Il était fondamental de condamner
l’attentat, mais il était tout aussi fondamental de me dissocier d’un journal qui fait sa une de caricatures aussi blasphématoires les unes que les autres.
Lorsque “Charlie” a pu reparaître des mois plus tard, la une était toujours scandaleuse et m’a profondément blessé. Elle représentait le pape Benoît XVI sodomisé par le prophète !
Et la presse s’est réjouie de voir ce “journal” renaître de ses cendres.
Quelques temps après, j’ai eu l’occasion, lors d’un repas à la préfecture d’Avignon avec le
ministre de l’Intérieur de l’époque, et les représentants des cultes de poser au ministre la
question suivante : le blasphème semble faire partie des gènes de “Charlie Hebdo”, mais
ne pensez-vous pas que la liberté de publier blasphème et caricatures s’arrête là où je
blesse gravement mes frères ?
Et je lui ai dit combien j’avais été profondément bouleversé de voir ainsi bafouer le pape
Benoît et même de voir bafouer le prophète à travers cette caricature.
Il m’avait répondu à l’époque qu’au gouvernement, il y avait eu un débat, car un certain
nombre de ministres condamnaient une telle caricature au nom même d’une limite à la
liberté dans un monde où nous sommes invités à vivre en frères.
Je dois avouer que j’avais pleuré devant une telle caricature qui blessait ma sensibilité de chrétien. Comment des journalistes peuvent-ils agir ainsi au nom d’un pseudo droit à une liberté
totale et sans limites de caricaturer jusqu’à l’extrême et de s’en glorifier ?
La démocratie ou le laïcisme n’ont rien à voir en cela.
Je croyais – naïvement peut-être – que l’homme était fait pour vivre en société et que la
République avait cru bon d’emprunter aux chrétiens le symbole de la “Fraternité” comme
emblème de la République !
Si nous sommes appelés à vivre ensemble en frères, la liberté de chacun s’arrête là où je
blesse mon frère. Je peux certes entamer le dialogue avec un frère qui ne partage pas mon
point de vue, et user de tout mon pouvoir de persuasion, mais déclarer d’emblée que le
blasphème et les caricatures, quelles qu’elles soient sont un droit en démocratie, cela n’est
pas juste, cela n’est pas vrai.
En même temps, cela ne justifie en aucune façon la décapitation d’un professeur d’histoire
qui voulait réfléchir avec ses élèves sur la portée de telles caricatures et sur un tel blasphème
remis au goût du jour dans une presse à scandale.
Je dois avouer combien je suis resté sans voix devant les déclarations du Président de la République, qui plus est parlant depuis le Liban, face à un tel acte.
Il a justifié au nom même de la Démocratie la liberté de dire et de publier tout et n’importe quoi,
la liberté au blasphème sous toutes ses formes. Je croyais rêver !
Je comprends qu’il soit de bon ton aujourd’hui de se moquer des religions et de les traîner dans
la boue, mais les auteurs de tels comportements se rendent-ils compte qu’ils bafouent la liberté
dans son vrai sens, son sens profond et authentique ?
Au nom même de la fraternité, base de toute vie en société, je ne peux que redire : la liberté de chacun s’arrête là où je blesse gravement mon frère ! Il s’agit là d’une vérité fondement même de toute vie en société ou alors nous allons vers une dérive totalitaire qui ne dit pas son nom.
En même temps, il nous faut condamner avec force les actes de violences et de barbarie qui prétendent répondre à cette conception erronée de la liberté.

+ Jean-Pierre Cattenoz, archevêque d’Avignon".
Merci Polyglot de nous avoir permis de lire ces lignes et Bravo à Mgnr Cattenoz d'avoir osé se rebeller face à la pensée tristement "tendance" !
Je me suis permis de surligner des paroles aux quelle j'adhère à 100%
c'est pas parcequ'ils disent tous la même chose qu'ils ont raison

Avatar de l’utilisateur
Flippe
Membre
Messages : 292
Inscription : 08 oct. 2016, 12:37
Localisation : Caromb / Villard de Lans
Contact :

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Flippe » 04 nov. 2020, 19:20

De toute façon les religions (TOUTES les religions) et leurs massacres n'en finirons jamais, bien que leurs serviteurs s'en défendent.
Une fois de plus, mon paquetage s'empilait sur la selle, j'avais du chemin devant moi.
Mais qu'importe : la Route c'est la vie, quand à l'autoroute c'est une escroquerie


http://www.flickr.com/photos/thrux38/

Avatar de l’utilisateur
papycoz
Membre
Messages : 647
Inscription : 20 mars 2018, 17:53
Localisation : Malause 82
Contact :

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par papycoz » 04 nov. 2020, 21:23

Bonsoir,
Puis-je aller chercher mon Ural qui est enfin réparé dans un garage situé a 35 km de chez moi, mais dans une région voisine??
Cela fait 4 mois que je l'attends !!!

PD: je pensais l'amener chez Dan par la suite pour contrôler le remontage du chassis panier et de ce qu'il y a autour !
Réparer c'est pas faire en sorte que ça marche !!!
http://roulemapoule.jouwweb.nl/

Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 36348
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Est-Motorcycles » 04 nov. 2020, 22:45

papycoz a écrit :
04 nov. 2020, 21:23
Bonsoir,
Puis-je aller chercher mon Ural qui est enfin réparé dans un garage situé a 35 km de chez moi, mais dans une région voisine??
Cela fait 4 mois que je l'attends !!!

PD: je pensais l'amener chez Dan par la suite pour contrôler le remontage du chassis panier et de ce qu'il y a autour !
Normalement si tu ne changes pas de département, tu peux trouver une case qui va bien pour ça. :wink:
Mais si tu changes de département, c'est "laissé à l'appréciation de celui qui te contrôle"... :mrgreen: :roll: Risqué...et cumulatif : si un autre facho te recoince dans l'autre sens c'est double peine.
http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
La seule chose qui m'importe est d'être au bon endroit au bon moment...je ne connais rien de plus fort.

Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 36348
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Est-Motorcycles » 04 nov. 2020, 22:51

Flippe a écrit :
04 nov. 2020, 19:20
De toute façon les religions (TOUTES les religions) et leurs massacres n'en finirons jamais, bien que leurs serviteurs s'en défendent.
On n'a rien fait de mieux que le système qui a demandé à notre peuple tant de sacrifices et qui a aboutit à la laïcité. L'islam ne l'a pas encore découverte comme d'autres d'ailleurs. Perso j'aboutis là :
viewtopic.php?f=2&t=2869&start=4560#p213828
...et chacun aboutit là où il peut...
http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
La seule chose qui m'importe est d'être au bon endroit au bon moment...je ne connais rien de plus fort.

Avatar de l’utilisateur
Le Rouge
Membre
Messages : 353
Inscription : 15 mai 2017, 15:14
Localisation : Combrailles

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Le Rouge » 05 nov. 2020, 06:49

Est-Motorcycles a écrit :
04 nov. 2020, 13:42
J'ai reçu cette info :

https://youtu.be/dSOAkjesmtY

Qu'en pensez-vous ?
On peut critiquer, analyser ou autre....ici nous essayons d'être libres.
Peut-être sommes-nous passés un peu vite là-dessus. L’appel du Général Martinez m’a personnellement touché, on sent que la volonté de cet homme de s’engager n’est mue que par l’urgence, dans un contexte normal il serait resté dans le confort de sa retraite. Le constat qu’il fait est sans appel et le bon sens dicte sa démarche. J’ai l’impression qu’on pourrait se permettre un gouvernement « de salut public » durant quelques années, le temps de faire un peu de ménage dans le souk installé depuis 50 ans. Le problème restera la barrière infranchissable pour lui des 500 signatures nécessaires afin de valider sa candidature. Tant pis, on pourra toujours se fabriquer des cols roulés en zinc pour aller faire les courses ou pour assister à la messe sans se faire égorger...
"AAAAAAAAAAHHHHHHHHH !!!... dis-je."
Zarathoustra.

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Site Admin
Messages : 3113
Inscription : 13 mai 2010, 04:01
Localisation : Auvergne
Contact :

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Cathy » 05 nov. 2020, 11:40

Le Rouge a écrit :
05 nov. 2020, 06:49
Est-Motorcycles a écrit :
04 nov. 2020, 13:42
J'ai reçu cette info :

https://youtu.be/dSOAkjesmtY

Qu'en pensez-vous ?
On peut critiquer, analyser ou autre....ici nous essayons d'être libres.
Peut-être sommes-nous passés un peu vite là-dessus. L’appel du Général Martinez m’a personnellement touché, on sent que la volonté de cet homme de s’engager n’est mue que par l’urgence, dans un contexte normal il serait resté dans le confort de sa retraite. Le constat qu’il fait est sans appel et le bon sens dicte sa démarche. J’ai l’impression qu’on pourrait se permettre un gouvernement « de salut public » durant quelques années, le temps de faire un peu de ménage dans le souk installé depuis 50 ans. Le problème restera la barrière infranchissable pour lui des 500 signatures nécessaires afin de valider sa candidature. Tant pis, on pourra toujours se fabriquer des cols roulés en zinc pour aller faire les courses ou pour assister à la messe sans se faire égorger...
Un passage intéressant d'un entretien du Général Martinez, on est pas obligé d'être d'accord avec tous ses points de vue, mais il a le mérite de soulever avec clarté les égarements des gouvernements successifs qui nous ont mené à ce chaos actuel !!!
.

Et pour cela, il me semble, mais cela n’engage que moi, qu’il faut à présent tenter de rassembler – hors ou au-delà des appareils politiques qui ont démontré leur inefficacité, leur impuissance face aux vrais défis – tous les Français patriotes et donc tous les électeurs qui ont conscience de l’état de notre société, résultat de quarante années de laxisme et de manque de clairvoyance. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de m’engager hors des partis politiques. Il faut que les citoyens réalisent que seule une révolution politique, une rupture complète, un changement total du paysage politique sont aujourd’hui indispensables. Il faut que nous puissions retrouver les moyens d’exercer le pouvoir avec efficacité pour le bien commun et dans l’intérêt de l’État et de la Nation, et ces moyens se résument en un mot : la puissance. Car cette dernière constitue l’essence même du politique. Le politique ne peut pas, en effet, par définition être impuissant Cela n’a pas de sens. C’est pourtant l’impuissance qui caractérisent nos dirigeants depuis de nombreuses années car en réalité ce ne sont pas des politiques mais des gestionnaires. La puissance doit au contraire permettre d’assurer à la fois la sécurité et la concorde. Aujourd’hui, on en est très loin. Actuellement, pour masquer leur impuissance, leur manque de vision pour la France, nos gouvernants ne cessent de parler de la République, de pacte républicain, de front républicain, d’état de droit républicain, des valeurs de la République. Le Président a même évoqué récemment le patriotisme républicain, ce qui ne veut rien dire. Il pense peut-être que le patriotisme est né avec la République. C’est ridicule. Non, la République est née de la Révolution dans la violence. Le patriotisme c’est l’amour de la France, cela n’a rien à voir avec la République. Mais que font-ils, que fait-il de la France et de la démocratie ? Cette dernière n’est-elle pas le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ? Quand ce dernier a-t-il été consulté sur cette immigration non souhaitée ? Je considère que le peuple doit pouvoir s’exprimer sur ce type de sujet puisqu’il conditionne son avenir. Et il serait grand temps qu’il soit consulté. En tout cas, je suis, pour ma part, partisan de l’introduction d’une dose de démocratie directe dans nos institutions. La force d’un homme politique réside, à mon avis, dans l’amour qu’il porte à son peuple et à son pays, dans sa détermination à les protéger et à défendre ses intérêts. C’est loin d’être la cas aujourd’hui.
http://www.profession-gendarme.com/entr ... artinez-2/

Avatar de l’utilisateur
Le Rouge
Membre
Messages : 353
Inscription : 15 mai 2017, 15:14
Localisation : Combrailles

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Le Rouge » 05 nov. 2020, 12:16

Cathy a écrit :
05 nov. 2020, 11:40
Le Rouge a écrit :
05 nov. 2020, 06:49
Est-Motorcycles a écrit :
04 nov. 2020, 13:42
J'ai reçu cette info :

https://youtu.be/dSOAkjesmtY

Qu'en pensez-vous ?
On peut critiquer, analyser ou autre....ici nous essayons d'être libres.
Peut-être sommes-nous passés un peu vite là-dessus. L’appel du Général Martinez m’a personnellement touché, on sent que la volonté de cet homme de s’engager n’est mue que par l’urgence, dans un contexte normal il serait resté dans le confort de sa retraite. Le constat qu’il fait est sans appel et le bon sens dicte sa démarche. J’ai l’impression qu’on pourrait se permettre un gouvernement « de salut public » durant quelques années, le temps de faire un peu de ménage dans le souk installé depuis 50 ans. Le problème restera la barrière infranchissable pour lui des 500 signatures nécessaires afin de valider sa candidature. Tant pis, on pourra toujours se fabriquer des cols roulés en zinc pour aller faire les courses ou pour assister à la messe sans se faire égorger...
Un passage intéressant d'un entretien du Général Martinez, on est pas obligé d'être d'accord avec tous ses points de vue, mais il a le mérite de soulever avec clarté les égarements des gouvernements successifs qui nous ont mené à ce chaos actuel !!!
.

Et pour cela, il me semble, mais cela n’engage que moi, qu’il faut à présent tenter de rassembler – hors ou au-delà des appareils politiques qui ont démontré leur inefficacité, leur impuissance face aux vrais défis – tous les Français patriotes et donc tous les électeurs qui ont conscience de l’état de notre société, résultat de quarante années de laxisme et de manque de clairvoyance. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de m’engager hors des partis politiques. Il faut que les citoyens réalisent que seule une révolution politique, une rupture complète, un changement total du paysage politique sont aujourd’hui indispensables. Il faut que nous puissions retrouver les moyens d’exercer le pouvoir avec efficacité pour le bien commun et dans l’intérêt de l’État et de la Nation, et ces moyens se résument en un mot : la puissance. Car cette dernière constitue l’essence même du politique. Le politique ne peut pas, en effet, par définition être impuissant Cela n’a pas de sens. C’est pourtant l’impuissance qui caractérisent nos dirigeants depuis de nombreuses années car en réalité ce ne sont pas des politiques mais des gestionnaires. La puissance doit au contraire permettre d’assurer à la fois la sécurité et la concorde. Aujourd’hui, on en est très loin. Actuellement, pour masquer leur impuissance, leur manque de vision pour la France, nos gouvernants ne cessent de parler de la République, de pacte républicain, de front républicain, d’état de droit républicain, des valeurs de la République. Le Président a même évoqué récemment le patriotisme républicain, ce qui ne veut rien dire. Il pense peut-être que le patriotisme est né avec la République. C’est ridicule. Non, la République est née de la Révolution dans la violence. Le patriotisme c’est l’amour de la France, cela n’a rien à voir avec la République. Mais que font-ils, que fait-il de la France et de la démocratie ? Cette dernière n’est-elle pas le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ? Quand ce dernier a-t-il été consulté sur cette immigration non souhaitée ? Je considère que le peuple doit pouvoir s’exprimer sur ce type de sujet puisqu’il conditionne son avenir. Et il serait grand temps qu’il soit consulté. En tout cas, je suis, pour ma part, partisan de l’introduction d’une dose de démocratie directe dans nos institutions. La force d’un homme politique réside, à mon avis, dans l’amour qu’il porte à son peuple et à son pays, dans sa détermination à les protéger et à défendre ses intérêts. C’est loin d’être la cas aujourd’hui.
http://www.profession-gendarme.com/entr ... artinez-2/
Tu as bien raison Cathy de mettre en exergue cette notion très importante aujourd’hui d’une nécessité d’agir en se plaçant (et en plaçant l’intérêt de la Nation) au dessus des formations politiques qui survivent par les subventions qu’elles obtiennent au prorata de leurs résultats électoraux et qui donc pratiquent une forme de commerce avant même de s’acquitter de leur devoir de proposition et, accessoirement, de contestation. Sur le sujet de la « république » dans toutes les bouches aujourd’hui, ce mot remplace le mot Nation ou le mot France, les deux jugés propriété des partis réactionnaires. C’est évidemment stupide et participe de la désormais incontournable « novlangue » utilisée pour ne pas choquer les sensibles oreilles du bobo mondialisé. On imagine mal Louis XIV, en lieu et place de Macron (ça paraît dingue! Mais c’est pourtant la réalité! Ce nain occupe la même place qu’un roi de France qui a marqué l’histoire du monde, ça laisse rêveur...)on imagine mal, donc, Louis XIV dire « la royauté » au lieu de « la France ». Notre dirigeant, si dérisoire soit-il, doit se soucier de l’avenir du pays qu’il a en charge ainsi que de son peuple et non pas du mode de gouvernement, ou du régime particulier actuellement en exercice.
Merci encore pour ce texte, riche de bon sens et d’authenticité. (Donc peu susceptible de retenir l’attention des nos concitoyens bêlants...)
"AAAAAAAAAAHHHHHHHHH !!!... dis-je."
Zarathoustra.

Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 36348
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Est-Motorcycles » 05 nov. 2020, 12:37

+1 il ne s'agit pas, bien entendu, de mettre en place une dictature de généraux.
Evidemment.
Il est simplement temps que la trouille change de camp : que ce ne soit plus le peuple qui, déjà confiné, tremble en sortant de chez lui de peur de se faire ouvrir la gorge ad minima, mais que cela soient les terroristes qui se chient dessus aussitôt qu'ils ont un projet et que nos forces spéciales leur tombent dessus sans tambours ni trompettes. Or preuve est que tous nos derniers dirigeants furent incapables d'inverser cette vapeur à 180°, alors qu'il est certain qu'un militaire, mis en place jusqu'à éradication de leurs plans, le fera.
Une autre solution rapide autre que le blabla ?
Rappelez-vous comment un Staline réglait ce genre de problème :

https://youtu.be/8y75UgioDvg

Rappelons également que les Jospin, Geismar, Sauvageot, Cohn-Bendit etc...défilaient à la Sorbonne derrière le drapeau khmer rouge (je les ai vu de mes yeux) dont le leader était Pol Pot. Et qu'ils sont aujourd'hui les icônes de la bonne pensée bobo !
En première ligne étaient les porteurs de drapeaux rouges décorés des Lénine, Staline et Trotsky... Je les ai vu, j'avais 17 ans et j'étais en fac à Jussieu.
Et on s'offusquerait qu'un homme décidé à faire un réel ménage en France exerce le pouvoir quelques mois ?
Allons, restons sérieux...
http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
La seule chose qui m'importe est d'être au bon endroit au bon moment...je ne connais rien de plus fort.

Avatar de l’utilisateur
Omar_Cello
Membre
Messages : 1228
Inscription : 25 juil. 2018, 13:58

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Omar_Cello » 05 nov. 2020, 13:09

ras le chapeau !!!
Confinement dans l’Aveyron : Quatre ramasseurs de champignons verbalisés pour violation du périmètre d’un kilomètre

La famille aveyronnaise a plaidé qu’elle s’était perdue dans les bois mais elle n’a pas échappé aux amendes à 135 €

Le deuxième confinement a beau coïncider avec les joies de l’automne, non, la cueillette des champignons n’est pas une raison valable pour y déroger. Quatre Aveyronnais en ont fait l’expérience lundi dans les sous-bois de la petite commune d'Aubin, située près de Decazeville, à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de Rodez. Selon Centre Presse Aveyron, les promeneurs sont tombés sur une patrouille de police alors qu’ils se trouvaient à plus d’un kilomètre de leur domicile.

Pour tenter d’adoucir la sanction, ils ont expliqué aux représentants des forces de l’ordre qu’ils s’étaient égarés. L’argumentation n’a pas porté. Les policiers ont distribué quatre amendes à 135 €.

ils sont vénéneux, ces poulets

https://m.20minutes.fr/amp/a/2900687
Мотоцикл с коляской - ни ванна, ни гроб, но что-то между.

Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 36348
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Est-Motorcycles » 05 nov. 2020, 13:13

Est-Motorcycles a écrit :
05 nov. 2020, 12:37
+1 il ne s'agit pas, bien entendu, de mettre en place une dictature de généraux.
Evidemment.
Il est simplement temps que la trouille change de camp : que ce ne soit plus le peuple qui, déjà confiné, tremble en sortant de chez lui de peur de se faire ouvrir la gorge ad minima, mais que cela soient les terroristes qui se chient dessus aussitôt qu'ils ont un projet et que nos forces spéciales leur tombent dessus sans tambours ni trompettes. Or preuve est que tous nos derniers dirigeants furent incapables d'inverser cette vapeur à 180°, alors qu'il est certain qu'un militaire, mis en place jusqu'à éradication de leurs plans, le fera.
Une autre solution rapide autre que le blabla ?
Rappelez-vous comment un Staline réglait ce genre de problème :

https://youtu.be/8y75UgioDvg

Rappelons également que les Jospin, Geismar, Sauvageot, Cohn-Bendit etc...défilaient à la Sorbonne derrière le drapeau khmer rouge (je les ai vu de mes yeux) dont le leader était Pol Pot. Et qu'ils sont aujourd'hui les icônes de la bonne pensée bobo !
En première ligne étaient les porteurs de drapeaux rouges décorés des Lénine, Staline et Trotsky... Je les ai vu, j'avais 17 ans et j'étais en fac à Jussieu.
Et on s'offusquerait qu'un homme décidé à faire un réel ménage en France exerce le pouvoir quelques mois ?
Allons, restons sérieux...
On laisse les posts quelques heures svp...
http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
La seule chose qui m'importe est d'être au bon endroit au bon moment...je ne connais rien de plus fort.

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Site Admin
Messages : 3113
Inscription : 13 mai 2010, 04:01
Localisation : Auvergne
Contact :

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Cathy » 06 nov. 2020, 17:28

Hallucinant !!! Ils ferment les urgences de l'Hotel Dieu pendant la pandémie pour en faire un restaurant gastronomique :shock: et osent verbaliser les soignants désespérés qui manifestent :twisted:

https://youtu.be/Pdcd_t0thaM

https://youtu.be/sGcgNjtqmK8

Avatar de l’utilisateur
mifink
Membre
Messages : 527
Inscription : 25 mai 2012, 11:23
Localisation : Bort les Orgues 19110

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par mifink » 06 nov. 2020, 18:13

OU sont nos valeurs ?

Ca c'était avant ,vous connaissez la suite en 2020 ... :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

Image
chef ! , je nage bien chef ! ; aah !!!! chef je nage comme vous chef, qu'est ce que vous nagez bien chef .moi je m'en tape je ne suis plus chef et la vie est plus belle.

Répondre