PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 36348
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Est-Motorcycles » 28 oct. 2020, 22:41

"J'ai décidé qu'il fallait retrouver à partir de vendredi le confinement qui a stoppé le virus..."
(Emmanuel Macron le 28 octobre 2020)

La France compte 64,898 millions d'habitants. Un seul homme décide d'assigner à résidence 64,898 millions de personnes.


NO COMMENT...
http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
La seule chose qui m'importe est d'être au bon endroit au bon moment...je ne connais rien de plus fort.

Avatar de l’utilisateur
Omar_Cello
Membre
Messages : 1228
Inscription : 25 juil. 2018, 13:58

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Omar_Cello » 29 oct. 2020, 10:10

Est-Motorcycles a écrit :
28 oct. 2020, 22:41
"J'ai décidé qu'il fallait retrouver à partir de vendredi le confinement qui a stoppé le virus..."
(Emmanuel Macron le 28 octobre 2020)

La France compte 64,898 millions d'habitants. Un seul homme décide d'assigner à résidence 64,898 millions de personnes.


NO COMMENT...

au moins maintenant on connaît nom de ce virus qui a provoqué le confinement : c'est ce seul homme.
Мотоцикл с коляской - ни ванна, ни гроб, но что-то между.

Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 36348
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Est-Motorcycles » 29 oct. 2020, 20:30

http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
La seule chose qui m'importe est d'être au bon endroit au bon moment...je ne connais rien de plus fort.

Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 36348
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Est-Motorcycles » 30 oct. 2020, 12:58

http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
La seule chose qui m'importe est d'être au bon endroit au bon moment...je ne connais rien de plus fort.

Avatar de l’utilisateur
Le Rouge
Membre
Messages : 353
Inscription : 15 mai 2017, 15:14
Localisation : Combrailles

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Le Rouge » 30 oct. 2020, 13:12

Est-Motorcycles a écrit :
30 oct. 2020, 12:58
Est-Motorcycles a écrit :
29 oct. 2020, 20:30
NICE




Image
Bien vu pour ces deux références!

Un pouvoir fort et une église impliquée dans le combat, tels sont les axes à privilégier pour que nous sortions du marasme.
Au lieu de cela nous avons un pouvoir de mauviettes qui à chaque nouvel attentat apparaissent sur les écrans avec la tête du lapin, la nuit, dans les phares d’une voiture, et des curés efféminés qui posent les premières pierres de toutes les putains de mosquées de ce pays.
Un peu de ménage? Ce serait pas mal.
"AAAAAAAAAAHHHHHHHHH !!!... dis-je."
Zarathoustra.

Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 36348
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Est-Motorcycles » 30 oct. 2020, 14:31

Le Rouge a écrit :
30 oct. 2020, 13:12
Est-Motorcycles a écrit :
30 oct. 2020, 12:58
Est-Motorcycles a écrit :
29 oct. 2020, 20:30
NICE




Image
Bien vu pour ces deux références!

Un pouvoir fort et une église impliquée dans le combat, tels sont les axes à privilégier pour que nous sortions du marasme.
Au lieu de cela nous avons un pouvoir de mauviettes qui à chaque nouvel attentat apparaissent sur les écrans avec la tête du lapin, la nuit, dans les phares d’une voiture, et des curés efféminés qui posent les premières pierres de toutes les putains de mosquées de ce pays.
Un peu de ménage? Ce serait pas mal.

Faites cher ami, faites...

Image

Cette relation (politique + religion) est en effet un fait mondial historique, on n'a rien inventé. Les grands peuples ont toujours uni une gestion sociale, politique et matérielle "guidée" par les lueurs d'une "spiritualité" choisie de longue date. La Russie en est le dernier exemple vivant, alors qu'on la croyait exsangue après Mikhaïl Gorbatchev, sa puissance redevient intégrale avec sa réunification orthodoxe. L'Inde et bien d'autres très nombreux pays gardent cette union comme étant la plus intangible et stable, capable d'évoluer intrinsèquement mais qui ne change jamais, sacrée.
On écarte la Chine qui se perd dans l'ombre sombre d'un communiste intégriste de "l'homme nouveau" - homme machine lobotomisé et dominé par la technologie d'état, dont la finitude est l'homme robot. On ne parle plus là de société humaine, mais d'élevage en batterie.
En France depuis la Révolution, ce n'est plus une forme de spiritualité divine mais la laïcité qui est en lice et qui prend la place de la spiritualité, pour faire court. Soit, c'est ainsi mais la laïcité a le défaut d'un manque de clarté plus haute, moins fine, trop incarnée, éloignant ainsi l'homme d'un but plus fin que lui - elle raccourcit la distance de l'éveil spirituel et d'union d'un peuple, restant assujettie à l'inconvénient d'une temporalité trop pleine d'egos. Elle est par contre la meilleure au niveau de la gestion d'un plus grand dénominateur commun noble social.
Il manque on le voit bien aujourd'hui ce but essentiel à la France, il a disparu.
Donc la laïcité avons-nous dit, mais qui a disparu dans sa réalité authentique depuis plusieurs décennies.
Et la réalité authentique de la laïcité n'est pas celle de Charlie Hebdo ou d'autres jets de foutres issus d'un parisianisme bourgeois né dans les bars de la rive gauche...
La laïcité a pour pères Rousseau, Voltaire, Jules Ferry, ainsi que d'autres grands philosophes.
En matière de laïcité, le recours à l’histoire n’est jamais inutile. Lorsque la France du début du XXe siècle discute, et parfois assez violemment, de l’application de la loi de 1905, celle qui instaure la séparation entre les Églises et l’État, deux tendances se font jour au sein de la classe politique. Celle d’Aristide Briand. Et celle d’Emile Combes. Pour le premier, c’est l’État qui est laïc. Les agents du service public ne doivent donc pas, par leur attitude, donner l’impression qu’ils ne sont pas neutres religieusement. Sinon, l’usager pourrait avoir le sentiment d’être traité en fonction de sa religion. Pour Emile Combes en revanche, c’est la société qui doit être laïque : le citoyen n’a pas le droit de manifester sa croyance dans l’espace public. La religion fait partie de l’intime. Il prône une laïcité intégrale, là où Briand préférait une laïcité libérale.
L’historien Georges Weill distingue quatre courants ayant contribué à la conception laïque de l’État : " les catholiques héritiers de la tradition gallicane de la monarchie d’Ancien Régime ; les protestants libéraux ; les déistes de toutes les sensibilités ; enfin, les libres-penseurs et les athées."
Or il n'existe aujourd'hui et depuis des décennies aucun philosophe crédible de l'une ou l'autre de ces racines.
C'est pourquoi nous sommes pauvres et perdus. C'est pourquoi les choses ne s'arrangeront pas.
Et c'est pourquoi, dans cette perspective historique, il est urgent de revenir très rapidement aux fondamentaux dès l'école.
Malheureusement, je crains qu'il faille aller encore plus loin dans la prévarication généralisée afin que le peuple comprenne et assume ses manquements. Le problème est que, pendant ce temps, les ennemis de la vie avancent à grands pas (car ils sont d'une organisation extrême et ont des buts très clairs que nous ne voulons pas voir) alors que nous nous demandons combien nous allons poser de bougies aux pieds de la Basilique de Nice dimanche prochain...
http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
La seule chose qui m'importe est d'être au bon endroit au bon moment...je ne connais rien de plus fort.

Avatar de l’utilisateur
Le Rouge
Membre
Messages : 353
Inscription : 15 mai 2017, 15:14
Localisation : Combrailles

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Le Rouge » 30 oct. 2020, 20:09

Est-Motorcycles a écrit :
30 oct. 2020, 14:31
Le Rouge a écrit :
30 oct. 2020, 13:12
Est-Motorcycles a écrit :
30 oct. 2020, 12:58


Bien vu pour ces deux références!

Un pouvoir fort et une église impliquée dans le combat, tels sont les axes à privilégier pour que nous sortions du marasme.
Au lieu de cela nous avons un pouvoir de mauviettes qui à chaque nouvel attentat apparaissent sur les écrans avec la tête du lapin, la nuit, dans les phares d’une voiture, et des curés efféminés qui posent les premières pierres de toutes les putains de mosquées de ce pays.
Un peu de ménage? Ce serait pas mal.

Faites cher ami, faites...

Image

Cette relation (politique + religion) est en effet un fait mondial historique, on n'a rien inventé. Les grands peuples ont toujours uni une gestion sociale, politique et matérielle "guidée" par les lueurs d'une "spiritualité" choisie de longue date. La Russie en est le dernier exemple vivant, alors qu'on la croyait exsangue après Mikhaïl Gorbatchev, sa puissance redevient intégrale avec sa réunification orthodoxe. L'Inde et bien d'autres très nombreux pays gardent cette union comme étant la plus intangible et stable, capable d'évoluer intrinsèquement mais qui ne change jamais, sacrée.
On écarte la Chine qui se perd dans l'ombre sombre d'un communiste intégriste de "l'homme nouveau" - homme machine lobotomisé et dominé par la technologie d'état, dont la finitude est l'homme robot. On ne parle plus là de société humaine, mais d'élevage en batterie.
En France depuis la Révolution, ce n'est plus une forme de spiritualité divine mais la laïcité qui est en lice et qui prend la place de la spiritualité, pour faire court. Soit, c'est ainsi mais la laïcité a le défaut d'un manque de clarté plus haute, moins fine, trop incarnée, éloignant ainsi l'homme d'un but plus fin que lui - elle raccourcit la distance de l'éveil spirituel et d'union d'un peuple, restant assujettie à l'inconvénient d'une temporalité trop pleine d'egos. Elle est par contre la meilleure au niveau de la gestion d'un plus grand dénominateur commun noble social.
Il manque on le voit bien aujourd'hui ce but essentiel à la France, il a disparu.
Donc la laïcité avons-nous dit, mais qui a disparu dans sa réalité authentique depuis plusieurs décennies.
Et la réalité authentique de la laïcité n'est pas celle de Charlie Hebdo ou d'autres jets de foutres issus d'un parisianisme bourgeois né dans les bars de la rive gauche...
La laïcité a pour pères Rousseau, Voltaire, Jules Ferry, ainsi que d'autres grands philosophes.
En matière de laïcité, le recours à l’histoire n’est jamais inutile. Lorsque la France du début du XXe siècle discute, et parfois assez violemment, de l’application de la loi de 1905, celle qui instaure la séparation entre les Églises et l’État, deux tendances se font jour au sein de la classe politique. Celle d’Aristide Briand. Et celle d’Emile Combes. Pour le premier, c’est l’État qui est laïc. Les agents du service public ne doivent donc pas, par leur attitude, donner l’impression qu’ils ne sont pas neutres religieusement. Sinon, l’usager pourrait avoir le sentiment d’être traité en fonction de sa religion. Pour Emile Combes en revanche, c’est la société qui doit être laïque : le citoyen n’a pas le droit de manifester sa croyance dans l’espace public. La religion fait partie de l’intime. Il prône une laïcité intégrale, là où Briand préférait une laïcité libérale.
L’historien Georges Weill distingue quatre courants ayant contribué à la conception laïque de l’État : " les catholiques héritiers de la tradition gallicane de la monarchie d’Ancien Régime ; les protestants libéraux ; les déistes de toutes les sensibilités ; enfin, les libres-penseurs et les athées."
Or il n'existe aujourd'hui et depuis des décennies aucun philosophe crédible de l'une ou l'autre de ces racines.
C'est pourquoi nous sommes pauvres et perdus. C'est pourquoi les choses ne s'arrangeront pas.
Et c'est pourquoi, dans cette perspective historique, il est urgent de revenir très rapidement aux fondamentaux dès l'école.
Malheureusement, je crains qu'il faille aller encore plus loin dans la prévarication généralisée afin que le peuple comprenne et assume ses manquements. Le problème est que, pendant ce temps, les ennemis de la vie avancent à grands pas (car ils sont d'une organisation extrême et ont des buts très clairs que nous ne voulons pas voir) alors que nous nous demandons combien nous allons poser de bougies aux pieds de la Basilique de Nice dimanche prochain...
40 ans l’an prochain que l’engagement pour mon pays a commencé, le souvenir de ce repas me touche, cette attention me touche. À plusieurs titres, parce qu’elle montre le renfort de jeunesse que j’ai reçu pour m’aider à poursuivre, et parce qu’elle montre aussi le renfort intemporel qui m’a été donné, sans jamais de contrepartie, elle montre ce vent violent qui gonfle une drôle de voile, qui souffle vers l’Est aujourd’hui et qui ouvre TOUJOURS une voie nouvelle, une jeunesse sans cesse retrouvée, comme dans les romans exaltants de mon ami Raspail, aujourd’hui retiré à jamais dans ces contrées qu’il a tant arpentées et tant décrites . Ce repas, comme tant d’autres moments, à été décisif pour quelque chose, jamais rien de futile, de dérisoire ou de superficiel. Il y en eu tant de ces instants, suspendus, furtifs, élégants toujours, qui vous cueillent avec une incroyable douceur et vous froissent parfois comme un mouchoir que l’on fourre dans sa poche à la hâte, parce que c’est fini et que l’on eut voulu que jamais cela ne finisse, Dieu fasse qu’il y en ait encore beaucoup de ces parenthèses du temps.
« Faites cher ami ». Je prends cette invitation pour une feuille de route, parce que je sais, par l’exemple qui m’est inlassablement donné, qu’il faut faire plus que dire. Cela donne le droit incomparable de signer ses billets d’un laconique « la bise du fou ».
Peut-être mon heure viendra-t-elle? Pour le moment, je suis déjà parfaitement honoré de pouvoir dire juste merci.
"AAAAAAAAAAHHHHHHHHH !!!... dis-je."
Zarathoustra.

Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 36348
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Est-Motorcycles » 31 oct. 2020, 10:50

Le Rouge a écrit :
30 oct. 2020, 20:09
Est-Motorcycles a écrit :
30 oct. 2020, 14:31
Le Rouge a écrit :
30 oct. 2020, 13:12


Bien vu pour ces deux références!

Un pouvoir fort et une église impliquée dans le combat, tels sont les axes à privilégier pour que nous sortions du marasme.
Au lieu de cela nous avons un pouvoir de mauviettes qui à chaque nouvel attentat apparaissent sur les écrans avec la tête du lapin, la nuit, dans les phares d’une voiture, et des curés efféminés qui posent les premières pierres de toutes les putains de mosquées de ce pays.
Un peu de ménage? Ce serait pas mal.

Faites cher ami, faites...

Image

Cette relation (politique + religion) est en effet un fait mondial historique, on n'a rien inventé. Les grands peuples ont toujours uni une gestion sociale, politique et matérielle "guidée" par les lueurs d'une "spiritualité" choisie de longue date. La Russie en est le dernier exemple vivant, alors qu'on la croyait exsangue après Mikhaïl Gorbatchev, sa puissance redevient intégrale avec sa réunification orthodoxe. L'Inde et bien d'autres très nombreux pays gardent cette union comme étant la plus intangible et stable, capable d'évoluer intrinsèquement mais qui ne change jamais, sacrée.
On écarte la Chine qui se perd dans l'ombre sombre d'un communiste intégriste de "l'homme nouveau" - homme machine lobotomisé et dominé par la technologie d'état, dont la finitude est l'homme robot. On ne parle plus là de société humaine, mais d'élevage en batterie.
En France depuis la Révolution, ce n'est plus une forme de spiritualité divine mais la laïcité qui est en lice et qui prend la place de la spiritualité, pour faire court. Soit, c'est ainsi mais la laïcité a le défaut d'un manque de clarté plus haute, moins fine, trop incarnée, éloignant ainsi l'homme d'un but plus fin que lui - elle raccourcit la distance de l'éveil spirituel et d'union d'un peuple, restant assujettie à l'inconvénient d'une temporalité trop pleine d'egos. Elle est par contre la meilleure au niveau de la gestion d'un plus grand dénominateur commun noble social.
Il manque on le voit bien aujourd'hui ce but essentiel à la France, il a disparu.
Donc la laïcité avons-nous dit, mais qui a disparu dans sa réalité authentique depuis plusieurs décennies.
Et la réalité authentique de la laïcité n'est pas celle de Charlie Hebdo ou d'autres jets de foutres issus d'un parisianisme bourgeois né dans les bars de la rive gauche...
La laïcité a pour pères Rousseau, Voltaire, Jules Ferry, ainsi que d'autres grands philosophes.
En matière de laïcité, le recours à l’histoire n’est jamais inutile. Lorsque la France du début du XXe siècle discute, et parfois assez violemment, de l’application de la loi de 1905, celle qui instaure la séparation entre les Églises et l’État, deux tendances se font jour au sein de la classe politique. Celle d’Aristide Briand. Et celle d’Emile Combes. Pour le premier, c’est l’État qui est laïc. Les agents du service public ne doivent donc pas, par leur attitude, donner l’impression qu’ils ne sont pas neutres religieusement. Sinon, l’usager pourrait avoir le sentiment d’être traité en fonction de sa religion. Pour Emile Combes en revanche, c’est la société qui doit être laïque : le citoyen n’a pas le droit de manifester sa croyance dans l’espace public. La religion fait partie de l’intime. Il prône une laïcité intégrale, là où Briand préférait une laïcité libérale.
L’historien Georges Weill distingue quatre courants ayant contribué à la conception laïque de l’État : " les catholiques héritiers de la tradition gallicane de la monarchie d’Ancien Régime ; les protestants libéraux ; les déistes de toutes les sensibilités ; enfin, les libres-penseurs et les athées."
Or il n'existe aujourd'hui et depuis des décennies aucun philosophe crédible de l'une ou l'autre de ces racines.
C'est pourquoi nous sommes pauvres et perdus. C'est pourquoi les choses ne s'arrangeront pas.
Et c'est pourquoi, dans cette perspective historique, il est urgent de revenir très rapidement aux fondamentaux dès l'école.
Malheureusement, je crains qu'il faille aller encore plus loin dans la prévarication généralisée afin que le peuple comprenne et assume ses manquements. Le problème est que, pendant ce temps, les ennemis de la vie avancent à grands pas (car ils sont d'une organisation extrême et ont des buts très clairs que nous ne voulons pas voir) alors que nous nous demandons combien nous allons poser de bougies aux pieds de la Basilique de Nice dimanche prochain...
40 ans l’an prochain que l’engagement pour mon pays a commencé, le souvenir de ce repas me touche, cette attention me touche. À plusieurs titres, parce qu’elle montre le renfort de jeunesse que j’ai reçu pour m’aider à poursuivre, et parce qu’elle montre aussi le renfort intemporel qui m’a été donné, sans jamais de contrepartie, elle montre ce vent violent qui gonfle une drôle de voile, qui souffle vers l’Est aujourd’hui et qui ouvre TOUJOURS une voie nouvelle, une jeunesse sans cesse retrouvée, comme dans les romans exaltants de mon ami Raspail, aujourd’hui retiré à jamais dans ces contrées qu’il a tant arpentées et tant décrites . Ce repas, comme tant d’autres moments, à été décisif pour quelque chose, jamais rien de futile, de dérisoire ou de superficiel. Il y en eu tant de ces instants, suspendus, furtifs, élégants toujours, qui vous cueillent avec une incroyable douceur et vous froissent parfois comme un mouchoir que l’on fourre dans sa poche à la hâte, parce que c’est fini et que l’on eut voulu que jamais cela ne finisse, Dieu fasse qu’il y en ait encore beaucoup de ces parenthèses du temps.
« Faites cher ami ». Je prends cette invitation pour une feuille de route, parce que je sais, par l’exemple qui m’est inlassablement donné, qu’il faut faire plus que dire. Cela donne le droit incomparable de signer ses billets d’un laconique « la bise du fou ».
Peut-être mon heure viendra-t-elle? Pour le moment, je suis déjà parfaitement honoré de pouvoir dire juste merci.
Grand merci pour cette amitié qui est toute naturelle car elle rencontre un vrai écho. Je ne crois pas mériter ces éloges, bien que je fasse mon possible en gardant à l'esprit que le temps ne se gaspille pas, on ne vit qu'une fois dans cette vie...
La forme d'équilibre préconisée à juste titre par le Général de Villiers - il suffit de lire son dernier livre - ne véhicule pas la mollesse ni l'hésitation, ni un intégrisme quelconque. Il est,lui, réellement au dessus des politiques et des partis.
Je pense qu'au niveau sécuritaire et par constat de la politique actuelle d'abandon total du pays, des exemples (encore...) sont çà suivre. Du moins ils peuvent inspirer.
Sans partager le moins du monde la politique d'Israël par exemple pour mille raisons et bien que je n'y suis pas opposé à 100%, force est de constater leur complète victoire face au terrorisme. Et on ne peut pas dire qu'il ne l'ont ni vécu ni expérimenté.
Qu'ont-ils fait ?
Je pense qu'il serait utile de s'en inspirer car ils ont eu exactement les mêmes problèmes que nous, en plus vif.
Qu'ont-ils fait ?
Pour le "reste" (cette période Covid), la France s'en sortira toujours. On ira plus vite lorsque nous nous débarrasserons démocratiquement de ce gouvernement "entre les deux mon coeur balance" ad vitam aeternam, éternel cantate des centristes qui n'ont rien inventé - sous Lecanuet c'était déjà comme ça. La France ne se gouverne pas au centre, car les français ne sont pas au centre (il suffit d'écouter un François Bayrou complètement incompréhensible : 100 mots pour ne rien dire). Elle ne se gouverne pas plus sur les alternances sectaires et emplies de chefaillon parisiens, qui n'avancent pas, ni avec extrêmes : elle se gouverne avec des chefs inspirés dont l'autorité naturelle est incontestable. Patience donc, laissons-les poindre.
Le danger islamique intégriste, accompagné de ses attentats qui n'iront qu'en augmentant, est bien plus grave que le Covid. Les gros efforts de la France sont à effectuer dans cette direction.
http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
La seule chose qui m'importe est d'être au bon endroit au bon moment...je ne connais rien de plus fort.

Avatar de l’utilisateur
Omar_Cello
Membre
Messages : 1228
Inscription : 25 juil. 2018, 13:58

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Omar_Cello » 31 oct. 2020, 13:34

Est-Motorcycles a écrit :
31 oct. 2020, 10:50
Le Rouge a écrit :
30 oct. 2020, 20:09
Est-Motorcycles a écrit :
30 oct. 2020, 14:31



Faites cher ami, faites...

Image

Cette relation (politique + religion) est en effet un fait mondial historique, on n'a rien inventé. Les grands peuples ont toujours uni une gestion sociale, politique et matérielle "guidée" par les lueurs d'une "spiritualité" choisie de longue date. La Russie en est le dernier exemple vivant, alors qu'on la croyait exsangue après Mikhaïl Gorbatchev, sa puissance redevient intégrale avec sa réunification orthodoxe. L'Inde et bien d'autres très nombreux pays gardent cette union comme étant la plus intangible et stable, capable d'évoluer intrinsèquement mais qui ne change jamais, sacrée.
On écarte la Chine qui se perd dans l'ombre sombre d'un communiste intégriste de "l'homme nouveau" - homme machine lobotomisé et dominé par la technologie d'état, dont la finitude est l'homme robot. On ne parle plus là de société humaine, mais d'élevage en batterie.
En France depuis la Révolution, ce n'est plus une forme de spiritualité divine mais la laïcité qui est en lice et qui prend la place de la spiritualité, pour faire court. Soit, c'est ainsi mais la laïcité a le défaut d'un manque de clarté plus haute, moins fine, trop incarnée, éloignant ainsi l'homme d'un but plus fin que lui - elle raccourcit la distance de l'éveil spirituel et d'union d'un peuple, restant assujettie à l'inconvénient d'une temporalité trop pleine d'egos. Elle est par contre la meilleure au niveau de la gestion d'un plus grand dénominateur commun noble social.
Il manque on le voit bien aujourd'hui ce but essentiel à la France, il a disparu.
Donc la laïcité avons-nous dit, mais qui a disparu dans sa réalité authentique depuis plusieurs décennies.
Et la réalité authentique de la laïcité n'est pas celle de Charlie Hebdo ou d'autres jets de foutres issus d'un parisianisme bourgeois né dans les bars de la rive gauche...
La laïcité a pour pères Rousseau, Voltaire, Jules Ferry, ainsi que d'autres grands philosophes.
En matière de laïcité, le recours à l’histoire n’est jamais inutile. Lorsque la France du début du XXe siècle discute, et parfois assez violemment, de l’application de la loi de 1905, celle qui instaure la séparation entre les Églises et l’État, deux tendances se font jour au sein de la classe politique. Celle d’Aristide Briand. Et celle d’Emile Combes. Pour le premier, c’est l’État qui est laïc. Les agents du service public ne doivent donc pas, par leur attitude, donner l’impression qu’ils ne sont pas neutres religieusement. Sinon, l’usager pourrait avoir le sentiment d’être traité en fonction de sa religion. Pour Emile Combes en revanche, c’est la société qui doit être laïque : le citoyen n’a pas le droit de manifester sa croyance dans l’espace public. La religion fait partie de l’intime. Il prône une laïcité intégrale, là où Briand préférait une laïcité libérale.
L’historien Georges Weill distingue quatre courants ayant contribué à la conception laïque de l’État : " les catholiques héritiers de la tradition gallicane de la monarchie d’Ancien Régime ; les protestants libéraux ; les déistes de toutes les sensibilités ; enfin, les libres-penseurs et les athées."
Or il n'existe aujourd'hui et depuis des décennies aucun philosophe crédible de l'une ou l'autre de ces racines.
C'est pourquoi nous sommes pauvres et perdus. C'est pourquoi les choses ne s'arrangeront pas.
Et c'est pourquoi, dans cette perspective historique, il est urgent de revenir très rapidement aux fondamentaux dès l'école.
Malheureusement, je crains qu'il faille aller encore plus loin dans la prévarication généralisée afin que le peuple comprenne et assume ses manquements. Le problème est que, pendant ce temps, les ennemis de la vie avancent à grands pas (car ils sont d'une organisation extrême et ont des buts très clairs que nous ne voulons pas voir) alors que nous nous demandons combien nous allons poser de bougies aux pieds de la Basilique de Nice dimanche prochain...
40 ans l’an prochain que l’engagement pour mon pays a commencé, le souvenir de ce repas me touche, cette attention me touche. À plusieurs titres, parce qu’elle montre le renfort de jeunesse que j’ai reçu pour m’aider à poursuivre, et parce qu’elle montre aussi le renfort intemporel qui m’a été donné, sans jamais de contrepartie, elle montre ce vent violent qui gonfle une drôle de voile, qui souffle vers l’Est aujourd’hui et qui ouvre TOUJOURS une voie nouvelle, une jeunesse sans cesse retrouvée, comme dans les romans exaltants de mon ami Raspail, aujourd’hui retiré à jamais dans ces contrées qu’il a tant arpentées et tant décrites . Ce repas, comme tant d’autres moments, à été décisif pour quelque chose, jamais rien de futile, de dérisoire ou de superficiel. Il y en eu tant de ces instants, suspendus, furtifs, élégants toujours, qui vous cueillent avec une incroyable douceur et vous froissent parfois comme un mouchoir que l’on fourre dans sa poche à la hâte, parce que c’est fini et que l’on eut voulu que jamais cela ne finisse, Dieu fasse qu’il y en ait encore beaucoup de ces parenthèses du temps.
« Faites cher ami ». Je prends cette invitation pour une feuille de route, parce que je sais, par l’exemple qui m’est inlassablement donné, qu’il faut faire plus que dire. Cela donne le droit incomparable de signer ses billets d’un laconique « la bise du fou ».
Peut-être mon heure viendra-t-elle? Pour le moment, je suis déjà parfaitement honoré de pouvoir dire juste merci.
Grand merci pour cette amitié qui est toute naturelle car elle rencontre un vrai écho. Je ne crois pas mériter ces éloges, bien que je fasse mon possible en gardant à l'esprit que le temps ne se gaspille pas, on ne vit qu'une fois dans cette vie...
La forme d'équilibre préconisée à juste titre par le Général de Villiers - il suffit de lire son dernier livre - ne véhicule pas la mollesse ni l'hésitation, ni un intégrisme quelconque. Il est,lui, réellement au dessus des politiques et des partis.
Je pense qu'au niveau sécuritaire et par constat de la politique actuelle d'abandon total du pays, des exemples (encore...) sont çà suivre. Du moins ils peuvent inspirer.
Sans partager le moins du monde la politique d'Israël par exemple pour mille raisons et bien que je n'y suis pas opposé à 100%, force est de constater leur complète victoire face au terrorisme. Et on ne peut pas dire qu'il ne l'ont ni vécu ni expérimenté.
Qu'ont-ils fait ?
Je pense qu'il serait utile de s'en inspirer car ils ont eu exactement les mêmes problèmes que nous, en plus vif.
Qu'ont-ils fait ?
Pour le "reste" (cette période Covid), la France s'en sortira toujours. On ira plus vite lorsque nous nous débarrasserons démocratiquement de ce gouvernement "entre les deux mon coeur balance" ad vitam aeternam, éternel cantate des centristes qui n'ont rien inventé - sous Lecanuet c'était déjà comme ça. La France ne se gouverne pas au centre, car les français ne sont pas au centre (il suffit d'écouter un François Bayrou complètement incompréhensible : 100 mots pour ne rien dire). Elle ne se gouverne pas plus sur les alternances sectaires et emplies de chefaillon parisiens, qui n'avancent pas, ni avec extrêmes : elle se gouverne avec des chefs inspirés dont l'autorité naturelle est incontestable. Patience donc, laissons-les poindre.
Le danger islamique intégriste, accompagné de ses attentats qui n'iront qu'en augmentant, est bien plus grave que le Covid. Les gros efforts de la France sont à effectuer dans cette direction.

Pour l'implication de l'Eglise, cet archevêque explique pendant plus d'une heure (en anglais et sous-titré en anglais) des choses auxquelles les humains accordent moins d'importance, voire sont aveuglés par d'autres miroirs.

Comment le Concile de Vatican dessert le Nouvel Ordre Mondial

https://youtu.be/NbO-1jO1LlE

Et pour la prise de contrôle, elle était bien calculée :

Image
https://www.franceinter.fr/amp/emission ... avril-2017


avril 2017.
Le joueur de pipeau.
Мотоцикл с коляской - ни ванна, ни гроб, но что-то между.

Avatar de l’utilisateur
Cathy
Site Admin
Messages : 3113
Inscription : 13 mai 2010, 04:01
Localisation : Auvergne
Contact :

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Cathy » 31 oct. 2020, 13:36

Est-Motorcycles a écrit :
31 oct. 2020, 10:50
Le Rouge a écrit :
30 oct. 2020, 20:09
Est-Motorcycles a écrit :
30 oct. 2020, 14:31



Faites cher ami, faites...

Image

Cette relation (politique + religion) est en effet un fait mondial historique, on n'a rien inventé. Les grands peuples ont toujours uni une gestion sociale, politique et matérielle "guidée" par les lueurs d'une "spiritualité" choisie de longue date. La Russie en est le dernier exemple vivant, alors qu'on la croyait exsangue après Mikhaïl Gorbatchev, sa puissance redevient intégrale avec sa réunification orthodoxe. L'Inde et bien d'autres très nombreux pays gardent cette union comme étant la plus intangible et stable, capable d'évoluer intrinsèquement mais qui ne change jamais, sacrée.
On écarte la Chine qui se perd dans l'ombre sombre d'un communiste intégriste de "l'homme nouveau" - homme machine lobotomisé et dominé par la technologie d'état, dont la finitude est l'homme robot. On ne parle plus là de société humaine, mais d'élevage en batterie.
En France depuis la Révolution, ce n'est plus une forme de spiritualité divine mais la laïcité qui est en lice et qui prend la place de la spiritualité, pour faire court. Soit, c'est ainsi mais la laïcité a le défaut d'un manque de clarté plus haute, moins fine, trop incarnée, éloignant ainsi l'homme d'un but plus fin que lui - elle raccourcit la distance de l'éveil spirituel et d'union d'un peuple, restant assujettie à l'inconvénient d'une temporalité trop pleine d'egos. Elle est par contre la meilleure au niveau de la gestion d'un plus grand dénominateur commun noble social.
Il manque on le voit bien aujourd'hui ce but essentiel à la France, il a disparu.
Donc la laïcité avons-nous dit, mais qui a disparu dans sa réalité authentique depuis plusieurs décennies.
Et la réalité authentique de la laïcité n'est pas celle de Charlie Hebdo ou d'autres jets de foutres issus d'un parisianisme bourgeois né dans les bars de la rive gauche...
La laïcité a pour pères Rousseau, Voltaire, Jules Ferry, ainsi que d'autres grands philosophes.
En matière de laïcité, le recours à l’histoire n’est jamais inutile. Lorsque la France du début du XXe siècle discute, et parfois assez violemment, de l’application de la loi de 1905, celle qui instaure la séparation entre les Églises et l’État, deux tendances se font jour au sein de la classe politique. Celle d’Aristide Briand. Et celle d’Emile Combes. Pour le premier, c’est l’État qui est laïc. Les agents du service public ne doivent donc pas, par leur attitude, donner l’impression qu’ils ne sont pas neutres religieusement. Sinon, l’usager pourrait avoir le sentiment d’être traité en fonction de sa religion. Pour Emile Combes en revanche, c’est la société qui doit être laïque : le citoyen n’a pas le droit de manifester sa croyance dans l’espace public. La religion fait partie de l’intime. Il prône une laïcité intégrale, là où Briand préférait une laïcité libérale.
L’historien Georges Weill distingue quatre courants ayant contribué à la conception laïque de l’État : " les catholiques héritiers de la tradition gallicane de la monarchie d’Ancien Régime ; les protestants libéraux ; les déistes de toutes les sensibilités ; enfin, les libres-penseurs et les athées."
Or il n'existe aujourd'hui et depuis des décennies aucun philosophe crédible de l'une ou l'autre de ces racines.
C'est pourquoi nous sommes pauvres et perdus. C'est pourquoi les choses ne s'arrangeront pas.
Et c'est pourquoi, dans cette perspective historique, il est urgent de revenir très rapidement aux fondamentaux dès l'école.
Malheureusement, je crains qu'il faille aller encore plus loin dans la prévarication généralisée afin que le peuple comprenne et assume ses manquements. Le problème est que, pendant ce temps, les ennemis de la vie avancent à grands pas (car ils sont d'une organisation extrême et ont des buts très clairs que nous ne voulons pas voir) alors que nous nous demandons combien nous allons poser de bougies aux pieds de la Basilique de Nice dimanche prochain...
40 ans l’an prochain que l’engagement pour mon pays a commencé, le souvenir de ce repas me touche, cette attention me touche. À plusieurs titres, parce qu’elle montre le renfort de jeunesse que j’ai reçu pour m’aider à poursuivre, et parce qu’elle montre aussi le renfort intemporel qui m’a été donné, sans jamais de contrepartie, elle montre ce vent violent qui gonfle une drôle de voile, qui souffle vers l’Est aujourd’hui et qui ouvre TOUJOURS une voie nouvelle, une jeunesse sans cesse retrouvée, comme dans les romans exaltants de mon ami Raspail, aujourd’hui retiré à jamais dans ces contrées qu’il a tant arpentées et tant décrites . Ce repas, comme tant d’autres moments, à été décisif pour quelque chose, jamais rien de futile, de dérisoire ou de superficiel. Il y en eu tant de ces instants, suspendus, furtifs, élégants toujours, qui vous cueillent avec une incroyable douceur et vous froissent parfois comme un mouchoir que l’on fourre dans sa poche à la hâte, parce que c’est fini et que l’on eut voulu que jamais cela ne finisse, Dieu fasse qu’il y en ait encore beaucoup de ces parenthèses du temps.
« Faites cher ami ». Je prends cette invitation pour une feuille de route, parce que je sais, par l’exemple qui m’est inlassablement donné, qu’il faut faire plus que dire. Cela donne le droit incomparable de signer ses billets d’un laconique « la bise du fou ».
Peut-être mon heure viendra-t-elle? Pour le moment, je suis déjà parfaitement honoré de pouvoir dire juste merci.
Grand merci pour cette amitié qui est toute naturelle car elle rencontre un vrai écho. Je ne crois pas mériter ces éloges, bien que je fasse mon possible en gardant à l'esprit que le temps ne se gaspille pas, on ne vit qu'une fois dans cette vie...
La forme d'équilibre préconisée à juste titre par le Général de Villiers - il suffit de lire son dernier livre - ne véhicule pas la mollesse ni l'hésitation, ni un intégrisme quelconque. Il est,lui, réellement au dessus des politiques et des partis.
Je pense qu'au niveau sécuritaire et par constat de la politique actuelle d'abandon total du pays, des exemples (encore...) sont çà suivre. Du moins ils peuvent inspirer.
Sans partager le moins du monde la politique d'Israël par exemple pour mille raisons et bien que je n'y suis pas opposé à 100%, force est de constater leur complète victoire face au terrorisme. Et on ne peut pas dire qu'il ne l'ont ni vécu ni expérimenté.
Qu'ont-ils fait ?
Je pense qu'il serait utile de s'en inspirer car ils ont eu exactement les mêmes problèmes que nous, en plus vif.
Qu'ont-ils fait ?
Pour le "reste" (cette période Covid), la France s'en sortira toujours. On ira plus vite lorsque nous nous débarrasserons démocratiquement de ce gouvernement "entre les deux mon coeur balance" ad vitam aeternam, éternel cantate des centristes qui n'ont rien inventé - sous Lecanuet c'était déjà comme ça. La France ne se gouverne pas au centre, car les français ne sont pas au centre (il suffit d'écouter un François Bayrou complètement incompréhensible : 100 mots pour ne rien dire). Elle ne se gouverne pas plus sur les alternances sectaires et emplies de chefaillon parisiens, qui n'avancent pas, ni avec extrêmes : elle se gouverne avec des chefs inspirés dont l'autorité naturelle est incontestable. Patience donc, laissons-les poindre.
Le danger islamique intégriste, accompagné de ses attentats qui n'iront qu'en augmentant, est bien plus grave que le Covid. Les gros efforts de la France sont à effectuer dans cette direction.
https://youtu.be/EAW8zwKHhzo

Des propos clairvoyants, bienveillants. Qu'on soit d'accord ou pas avec son obédience politique, le Général de Villiers est un grand homme avec des valeurs qui manquent cruellement actuellement à notre pays ...

Avatar de l’utilisateur
alainmotos
Membre
Messages : 74
Inscription : 04 nov. 2010, 22:37
Localisation : 05400 MONTMAUR

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par alainmotos » 31 oct. 2020, 16:21

très bonne vision les amis je suis 100% sur la même ligne !Mais quel bilan depuis sa PRISE de pouvoir dans tous les domaines c'est cassé .......Le nouveau monde balaie grave Harry Poter le magicien quand il partira même mes arrières petits enfants qui ne sont pas encore nés seront endettés.Combien de casse humaine ??? Combien de petits commerces en dépôt de bilan??? Le premier de cordée ................qui suit derrière: son égaux !
Bon aller je vais au garage regarder mes side-car PEUT ÊTRE que.......DANS UN MOIS ONT POURRA les faire tourner sur nos ptites routes et voir les potes autour d'un bon feux de camp.
SOYONS FORTS
une moto,un side,des potes ...une bonne raison d'être heureux!!! non?
Alain

Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 36348
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Est-Motorcycles » 31 oct. 2020, 16:49

Cathy a écrit :
31 oct. 2020, 13:36
...

https://youtu.be/EAW8zwKHhzo

Des propos clairvoyants, bienveillants. Qu'on soit d'accord ou pas avec son obédience politique, le Général de Villiers est un grand homme avec des valeurs qui manquent cruellement actuellement à notre pays ...

J'ajoute qu'un chef respecté serait celui capable d'unir sous le même drapeau national toutes les tendances politiques nécessaires au sein d'un gouvernement de salut public, éminemment nécessaire aujourd'hui !
Un vicieux flingueur à la DGSI, un communiste à l'industrie, un socialiste à la ville, un facho à l'intérieur, un droitier au commerce etc...et tous qui jouent de la musique sous le drapeau français avec la même partoche que veulent les français : la paix, le partage, la joie, le travail sérieux.
C'est tellement simple, on peut rêver ?
Où est ce chef ?
Il est grandement temps de mettre sur pied un gouvernement de salut national.
http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
La seule chose qui m'importe est d'être au bon endroit au bon moment...je ne connais rien de plus fort.

Avatar de l’utilisateur
alainmotos
Membre
Messages : 74
Inscription : 04 nov. 2010, 22:37
Localisation : 05400 MONTMAUR

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par alainmotos » 31 oct. 2020, 17:42

+1 :roll:
une moto,un side,des potes ...une bonne raison d'être heureux!!! non?
Alain

Avatar de l’utilisateur
Helga
Site Admin
Messages : 551
Inscription : 25 déc. 2008, 09:48

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Helga » 31 oct. 2020, 19:02

alainmotos a écrit :
31 oct. 2020, 16:21
très bonne vision les amis je suis 100% sur la même ligne !Mais quel bilan depuis sa PRISE de pouvoir dans tous les domaines c'est cassé .......Le nouveau monde balaie grave Harry Poter le magicien quand il partira même mes arrières petits enfants qui ne sont pas encore nés seront endettés.Combien de casse humaine ??? Combien de petits commerces en dépôt de bilan??? Le premier de cordée ................qui suit derrière: son égaux !
Bon aller je vais au garage regarder mes side-car PEUT ÊTRE que.......DANS UN MOIS ONT POURRA les faire tourner sur nos ptites routes et voir les potes autour d'un bon feux de camp.
SOYONS FORTS
...et voilà un prêtre orthodoxe gravement blessé par balle à Lyon...On voit bien que ce que tu dis,Dan, est bien le terreau de ce qui doit rapidement se bâtir et que c'est cela qu'ils visent.
Croyant ou non, entrez dans une église, elle ne vous mangera pas et vous enverrez un message très fort aux malades intégristes...

Avatar de l’utilisateur
Est-Motorcycles
Site Admin
Messages : 36348
Inscription : 30 juin 2007, 16:57
Contact :

Re: PETITS MOUVEMENTS D'HUMEUR : le bistrot Est-Motorcycles

Message par Est-Motorcycles » 02 nov. 2020, 17:35

Notre ami Marc est mort d'un infarctus.
Breton pure souche adorable, Marc adorait la moto et nous nous rencontrions souvent ces deux dernières années. Il allait passer à Royale Enfield...

Image
Image
Image

Déconneur, doux et très érudit sur la moto des années 50-90, nous blaguions, d'autant qu'il a séjourné 15 ans dans le 9-3 à 1 km de chez moi lorsque j'y étais et que nous nous sommes jamais croisés, mais que nous avions de amis communs ! :shock:
Marc me manque, il était simple, très sympa, aimait la vie, pas lourd, il savait ce qui était noble et connaissait le boulot.
De son fils j'appris qu'au moment de son infarctus il s'est assis sur son fauteuil, la main sur sa poitrine en disant à son fils qui se levait vers lui, avec le sourire : "c'est comme ça qu'on meurt "? Et il s'est éteint.
Un grand amoureux du bon pinard...
Tu es au fond de ma tête, Marco, merci pour nos moments !


Image
http://www.est-motorcycles.fr/
Une petite vie de concessionnaire URAL en Auvergne.
Est-Motorcycles : affineurs d'Urals et pourvoyeur d'aventure. Inventeur.
La seule chose qui m'importe est d'être au bon endroit au bon moment...je ne connais rien de plus fort.

Répondre